Lutte contre les violences faites aux femmes au Gabon : « La réponse pénale, si elle est nécessaire, ne peut pas être la seule, ni même la principale » (Sylvia Bongo Ondimba)
Gabon

Lutte contre les violences faites aux femmes au Gabon : « La réponse pénale, si elle est nécessaire, ne peut pas être la seule, ni même la principale » (Sylvia Bongo Ondimba)


Sylvia Bongo Ondimba le 11 novembre 2022 à Libreville © Facebook/SBO


A l’occasion de l’inauguration ce jeudi 24 novembre du Centre de protection et de promotion sociale pour la prise en charge des femmes victimes de violences, la première dame Sylvia Bongo Ondimba, qui est à l’origine de ce projet, fait le point dans une interview publiée dans L’Union sur les avancées du programme Gabon égalité qui vise notamment à promouvoir les droits des femmes et lutter contre les violences à leur endroit. En voici un extrait. 

Avec un centre d’accueil Gabon Égalité, qu’est-ce qui change fondamentalement pour le Gabon ?

Au Gabon, nous faisons en sorte que les droits soient mieux respectés, que toutes les formes de violence régressent. Plus spécifiquement, en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, le droit a énormément progressé. Les réformes législatives successives visent à prévenir ces violences en les dissuadant et à les sanctionner très sévèrement quand elles se produisent. Mais la réponse pénale, si elle est nécessaire, ne peut pas être la seule, ni même la principale. Il faut également et surtout s’occuper des victimes. Ce dont celles-ci ont besoin, c’est d’être accompagnées, y compris sur les plans psychologique, social et économique. En ce domaine, il faut se doter d’outils efficaces. C’est cette logique qui a présidé à la création du Centre Gabon Egalité.

Lire cette interview dans son intégralité en cliquant sur ce lien. 



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.