RDC: Le M23 ne se sent pas engagé par l’accord de Luanda
Afrique

RDC: Le M23 ne se sent pas engagé par l’accord de Luanda



RDC: Le M23 ne se sent pas engagé par l’accord de Luanda

RDC: Le M23 ne se sent pas engagé par l’accord de Luanda

Un accord sur le papier, mais que va-t-il se passer sur le terrain ? Au lendemain de l’annonce à Luanda d’un cessez-le-feu et d’un retrait des rebelles du M23 des zones qu’ils occupent dans l’est de la République démocratique du Congo, l’espoir était mince d’une issue rapide au conflit.

« Le M23 a pris connaissance de ce document dans les réseaux sociaux… Il n’y avait personne dans ce sommet donc ça ne nous concerne pas vraiment », a déclaré jeudi soir à l’AFP Lawrence Kanyuka, porte-parole politique du M23.

« Normalement, quand il y a un cessez-le-feu, c’est entre les deux parties en guerre », a-t-il ajouté.

Le sommet de Luanda a décidé une cessation des hostilités dès vendredi soir, suivie du retrait des rebelles du M23 « des zones occupées » et de leur « repli dans leurs positions initiales ». Si les rebelles refusent, la force régionale est-africaine en cours de déploiement à Goma « fera usage de la force pour les pousser à se soumettre ».

Lawrence Kanyuka a affirmé que les rebelles avaient eux-mêmes décrété un « cessez-le-feu unilatéral » en avril et estimaient que celui-ci était toujours en vigueur. « Si demain à 18H00, ou le matin, le gouvernement ne nous attaque pas, nous en serons toujours là », a-t-il assuré. Dans le cas contraire, « nous nous défendrons », a-t-il dit.

« Vendredi, 18H00 »

Dans un point de presse jeudi soir à Kinshasa, consacré au sommet de Luanda, le ministre congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, a simplement rappelé: « demain, 18H00, le M23 doit cesser toutes ses attaques ».

Le porte-parole du M23 a affirmé que le mouvement était « toujours prêt à un dialogue direct avec le gouvernement congolais pour résoudre les causes profondes » du conflit ».

Il n’en est pas question, a répondu Christophe Lutundula, rappelant qu’il était exclu de négocier avec des « terroristes ».

Onesphore Sematumba, analyste du centre de réflexion International Crisis Group, interrogé jeudi à Goma, se félicitait que la réunion de Luanda se soit tenue, « ce qui n’était pas évident » selon lui, au vu « de l’escalade des tensions » en Kinshasa et Kigali.

Mais il percevait d’emblée deux problèmes dans l’accord de Luanda: non seulement le M23 n’était pas là, mais le président rwandais Paul Kagame non plus.

« Cela aurait été mieux », disait-il. Une absence qui « ne présage pas quelque chose de bon », confirmait l’homme politique congolais Patrick Mundeke.

Jean-Claude Bambaze, président de la société civile de Rutshuru, territoire dont le quart sud-est, frontalier du Rwanda et de l’Ouganda, est occupé par le M23, voudrait croire que les rebelles vont se retirer. Mais « nous avons des inquiétudes, parce que cela ne serait pas la première fois que des décisions ne seraient pas mises en pratique ».

« Le sommet de Luanda, c’est un message fort qu’ils ont lancé au M23, on a salué », disait aussi Lumumba Kambere Muyisa, activiste du mouvement LUCHA (Lutte pour le changement). Mais comme tout le monde, il se « pose des questions sur la praticabilité ».

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.