« On ne peut pas comprendre qu’une personnalité politique de la trempe de Guy Nzouba-Ndama (ex-PAN du Gabon) puisse tenter de traverser une frontière avec des mallettes bourrées d’argent, tel un trafiquant venu tout droit du crime organisé » (L’Observateur Paalga)
GabonSociétéUne

« On ne peut pas comprendre qu’une personnalité politique de la trempe de Guy Nzouba-Ndama (ex-PAN du Gabon) puisse tenter de traverser une frontière avec des mallettes bourrées d’argent, tel un trafiquant venu tout droit du crime organisé » (L’Observateur Paalga)


Guy Nzouba-Ndama a été interpellé à la frontière entre le Congo-Brazzaville et le Gabon avec trois valises contenant 1,19 milliard de Fcfa en espèces © DR


L’affaire du « milliard de Guy Nzouba-Ndama » ne fait pas seulement scandale au Gabon et au Congo-Brazzaville. Partout sur le continent, elle suscite une opprobre dont les principaux journaux se font l’écho. C’est le cas au Burkina Faso où L’Observateur Paalga , l’un des quotidiens africains les plus respectés, écrit que l’ex-président de l’Assemblée nationale gabonaise ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Son article, plein de perspicacité, a été cité cette semaine dans la revue de presse de RFI consacrée à cette retentissante affaire. Extrait. 

« D’où provient ce magot avec lequel Guy Nzouba-Ndama tentait de passer la frontière en provenance du Congo voisin ? Provient-il de sa cagnotte personnelle qu’il a accumulée durant sa carrière politique et dont une partie a été planquée à Brazza ? Ces fonds lui auraient-ils été remis par les autorités de Brazzaville et à quelle fin ? Autant d’interrogations parmi tant d’autres auxquelles le président du parti Les Démocrates devrait répondre devant la justice de son pays. » Et « les partisans de l’opposition ont beau crier à l’acharnement politique, pointe encore L’Observateur Paalga, et critiquer les « dérives autocratiques d’un pouvoir qui ne sait pas préserver la dignité humaine », pour mettre hors-jeu un prétendant sérieux à la présidentielle de 2023, il faut reconnaître que même si tel est le cas, Guy Nzouba-Ndama a tressé la verge qui servira à le flageller. Car, en effet, on ne peut pas comprendre qu’une personnalité politique de sa trempe puisse tenter de traverser une frontière avec des mallettes bourrées d’argent, tel un trafiquant venu tout droit du crime organisé. »

Lire la revue de presse consacrée à cette affaire sur le site de RFI en cliquant ici.



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.