Les chefs d’Etat africains mettent la pression sur l’UE et les États-Unis
AfriqueAfrique du SudAngolaPolitiqueRépublique démocratique du CongoSénégalZimbabwe

Les chefs d’Etat africains mettent la pression sur l’UE et les États-Unis



Les chefs d’Etat africains mettent la pression sur l’UE et les États-Unis

Les chefs d’Etat africains mettent la pression sur l’UE et les États-Unis

Ils ont été nombreux à demander, lors de leur passage à l’Assemblée générale des Nations Unies, la levée des sanctions occidentales contre le Zimbabwe .

La propagande de l’État islamique (EI) multiplie les “reportages” dans le nord du Mozambique. À chaque fois, les mêmes images de militaires tués. Parfois décapités. Des villages incendiés. Des véhicules criblés de balles et des stocks de munitions saisis, le tout mis en scène par deux ou trois “combattants”. “Les djihadistes continuent leur avancée. Ils sont toujours dans la province de Cabo Delgado où a débuté leur mouvement en 2017, mais ils sont désormais aussi très actifs dans la province voisine de Nampua”, explique un responsable local des forces de l’ordre qui évoque “une percée vers le sud qui inquiète notamment des milliers de réfugiés qui ont dû fuir, parfois depuis deux ou trois ans, la province de Cabo Delgado, qui sont entassés dans des camps de réfugiés à quelques centaines de kilomètres de chez eux et qui voient les djihadistes les rattraper”.

En une semaine, depuis la mi-septembre, plusieurs attaques ont été perpétrées et revendiquées par les combattants du mouvement Ansar Al-Sunna qui ont fait allégeance à l’EI. C’est ainsi que trois militaires des forces de la SAMIN, envoyées par les pays de l’Afrique australe (SADC) et six hommes des forces locales ont été abattus dans le centre du Cabo Delgado, tandis qu’au moins dix-neuf corps de militaires ont été identifiés dans quatre autres attaques perpétrées les 16 et 17 septembre dans quatre localités différentes dans le nord de la même province, non loin de la frontière tanzanienne.

Les djihadistes ont aussi mis en scène deux véhicules de type Land Cruiser incendiés. Ces véhicules – présentés comme des dons de l’Union européenne – venaient d’être réceptionnés le mois dernier par les forces de police locales. Des images vécues comme “des pieds de nez à l’Union européenne”, selon un diplomate européen en place dans la région.

Le parlement européen, comme l’avait fait précédemment le président sud-africain, s’est félicité des progrès enregistrés dans le conflit au Mozambique notamment dans la formation des militaires locaux. Des progrès que nous ne voyons pas sur le terrain où les djihadistes continuent de tuer et de progresser”, explique une experte militaire sud-africaine qui pointe, avec d’autres spécialistes de la question, le danger que l’Afrique du Sud soit la prochaine cible des combattants djihadistes au vu de la détérioration de la situation sur place : hausse du crime organisé, de la violence sociopolitique le tout sur fond de pauvreté croissante, de corruption et de mauvaise gouvernance. Un cocktail dangereux qui peut pousser les jeunes en manque d’horizon vers les mouvements extrémistes, comme ce fut le cas dans la province du Cabo Delgado, au Mozambique, en 2017, selon Joseph Hanlon, spécialiste politique de la région.

Critiques africaines

Dans ce contexte de tensions accrues et de perspectives dangereuses, nombre de chefs d’État et de gouvernement africains sont venus à la 77e Assemblée générale des Nations Unies avec un message à l’attention de l’Occident. Pour eux, la mobilisation des moyens de l’UE et des États-Unis vers l’Ukraine, si elle “peut se comprendre et se justifier, montre que l’Afrique est secondaire à leurs yeux”, explique un diplomate sénégalais. Pour un de ses collègues sud-africains “les pays du continent ne demandent pas l’aumône” mais au moins que l’Occident “s’il ne comprend pas nos urgences, n’entrave pas notre marge de manœuvre avec des sanctions qu’il inflige à certains d’entre nous”. “Le momentum est important car aujourd’hui, comme aux grandes heures de la guerre froide, Moscou nous fait les yeux doux. L’Europe et les États-Unis le savent”, expliquait récemment un diplomate angolais.

C’est ainsi que plusieurs chefs d’État africains; du Sénégalais Macky Sall, président actuel de l’Union africaine, au Congolais Félix Tshisekedi, momentanément à la tête de la SADC, en passant par le Botswanais Masisi, le Zambien Hichilema, le Kényan Ruto ou le Sud-Africain Ramaphosa ont appelé dans leur discours à l’ONU, les Américains et les Européens à lever des “sanctions illégitimes qui frappent le Zimbabwe et l’empêchent de se réarmer”. Ils soulignent l’impact économique pour le pays et toute la sous-région de ces sanctions vieilles de 20 ans (sous le régime de Robert Mugabe) et la nécessité de rendre au Zimbabwe du président Mnangagwa “la capacité de jouer son rôle dans la lutte contre le djihadisme, d’autant, comme le rappelait récemment un homme d’affaires congolais, que le Zimbabwe – dont on connaît chez nous le potentiel militaire – peut aussi aider l’Europe à accéder rapidement aux réserves de gaz du Mozambique dans lesquelles le groupe Total a investi des milliards de dollars sans pouvoir les exploiter jusqu’ici à cause de ces djihadistes. Tout le monde peut y gagner”. Un message martelé qui semble avoir été entendu à Washington (Joe Biden a invité son homologue zimbabwéen au prochain sommet USA-Africa) et par Paris… très attentif aux intérêts de Total.

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.