Gazoducs Nord Stream 1 et 2 : qui est derrière le sabotage ?
AfriqueExplorationGazoducs Nord StreamGéoéconomieGouvernance économiqueHydrocarburesMatières PremièresStratégie

Gazoducs Nord Stream 1 et 2 : qui est derrière le sabotage ?


La Suède et le Danemark ouvrent une enquête sur les dommages causés aux gazoducs. Les gazoducs Nord Stream 1 et 2 ont subi ces dernières heures deux fuites de gaz en mer Baltique, au large des eaux territoriales de la Suède et du Danemark, qui ont provoqué une série de soulèvements de surface d’environ un kilomètre de diamètre. La navigation dans la zone reste suspendue. Mardi, les autorités maritimes suédoises ont constaté des dégâts sur deux sections du premier oléoduc, près de l’île danoise de Bornholm. Quelques heures plus tard, Copenhague a confirmé l’existence d’une troisième et dernière rupture dans la seconde, à près de 75 kilomètres de là. 

Le seul scénario possible est le sabotage. « Les deux zones de fuites sont si éloignées l’une de l’autre que l’on peut exclure sans risque les phénomènes naturels », déclare Javier Blas, chroniqueur de Bloomberg spécialisé dans l’énergie. « Il en va de même pour les navires qui traînent des ancres ou des chaluts, ou pour un sous-marin qui entre en collision par hasard. C’est délibéré ». L’hypothèse d’une défaillance technique est donc écartée. 

La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a reconnu qu’un sabotage ne pouvait être exclu. « Il est difficile d’imaginer que cela puisse être accidentel », a-t-elle déclaré quelques heures avant de décrire les événements comme « des actions délibérées, pas un accident ». Son homologue suédoise, Magdalena Andersson, a pointé dans la même direction. Cependant, ni l’un ni l’autre n’a voulu désigner un coupable. Le Danemark et la Suède avaient auparavant ouvert une enquête conjointe sur l’incident.

En début de semaine, le Centre sismologique national suédois a détecté deux fortes détonations dans les zones où les fuites se sont produites. Les pipelines, construits en parallèle, sont immergés à une profondeur comprise entre 80 et 110 mètres et sont constitués de tuyaux en acier au carbone de haute qualité, recouverts de résines anticorrosion, d’un matériau adhésif pour fixer le revêtement et d’une troisième couche de polypropylène. Les dégâts ont dû être causés par un matériau puissant, et ne peuvent guère être dus à des causes naturelles. 

La CIA aurait averti les autorités allemandes il y a quelques semaines qu’une série d’attaques était en préparation contre le gazoduc Nord Stream 2, rapporte le quotidien allemand Der Spiegel. Plusieurs sociétés énergétiques opérant dans la région avaient averti les autorités norvégiennes de la présence de drones non identifiés survolant leurs installations offshore. En juin, en outre, un navire de guerre russe a violé les eaux territoriales du Danemark, une zone de l’OTAN, dans une action décrite par Copenhague comme une « provocation irresponsable ». 

Les pipelines n’étaient même pas opérationnels. L’entreprise publique russe Gazprom a ordonné la fermeture pour une durée indéterminée de Nord Stream 1, tandis que la seconde infrastructure n’est jamais devenue opérationnelle. Cependant, les deux pipelines contiennent du gaz naturel sous pression, ce qui a provoqué les perturbations de la surface de la mer. Le ministre danois de l’Énergie et du Climat a estimé que les fuites dureront au moins une semaine, jusqu’à ce qu’elles soient épuisées. Dans l’intervalle, les autorités tentent de contenir les fuites avant de pouvoir procéder à une évaluation complète des dégâts. 

Les fuites ont coïncidé avec l’inauguration du nouveau pipeline transbaltique, qui relie la Norvège et la Pologne. La Première ministre danoise a assisté mardi à la cérémonie d’inauguration du projet, dont le coût s’élève à 350 millions d’euros et qui permettra de pomper 3 millions de mètres cubes de gaz au cours des dix prochaines années. À Varsovie, elle a rencontré son homologue polonais Mateusz Morawiecki. Le leader de droite de Droit et Justice (PiS), l’une des figures les plus combatives contre l’invasion russe en Ukraine, a déclaré ne pas connaître les détails, mais a associé le sabotage présumé à la situation dans le pays voisin, où les troupes de Zelenski ont repris du terrain à l’est.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, n’a pas mâché ses mots : « Toutes les informations disponibles indiquent que ces fuites sont le résultat d’un acte délibéré (…) L’Union européenne répondra avec force et conjointement à toute perturbation intentionnelle de ses infrastructures énergétiques ». 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a d’abord reconnu les dommages causés aux pipelines, dont il s’est dit alarmé, mais a déclaré qu’il était encore trop tôt pour tirer des conclusions. « Tant que nous n’avons pas les résultats de l’enquête, nous ne pouvons exclure aucun scénario », a-t-il déclaré au sujet des fuites de gaz dans les gazoducs, dont l’exploitation continuera d’être interrompue dans les mois à venir. S’il est repris, ce qui semble peu probable, nous devrons attendre. 

La Russie et les États-Unis : les principaux suspects 

Il n’y a aucun doute que c’est du sabotage. La question est de savoir qui est derrière tout cela. A priori, on ne voit pas qui aurait pu bénéficier des dommages causés aux deux pipelines, étant donné qu’aucun n’était opérationnel. Il est vrai, en revanche, que le projet Nord Stream 2 a suscité la controverse dans les semaines qui ont précédé l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Entre-temps, Nord Stream 1 a été utilisé par Moscou ces derniers mois comme un outil de pression pour générer des frictions entre les 27 pays de l’UE, toujours dans le but de lever les sanctions imposées par Bruxelles.

Les deux parties recherchent des coupables en attendant les résultats définitifs de l’enquête. L’exécutif européen répand l’aura de suspicion sur la Russie. Moscou et ses terminaux médiatiques accusent sans réserve les États-Unis, qui ont augmenté la fourniture de gaz naturel liquéfié (GNL) à l’Europe en raison de la déconnexion énergétique de la Russie entreprise par le continent européen après le début de la guerre. Mais les accusations ne sont pas solides. 

« Le sabotage n’a pratiquement aucun effet pratique : il n’interrompt pas la navigation maritime et n’empêche pas un approvisionnement déjà inexistant. Cela n’a de sens que comme message : ‘Nous pouvons endommager vos infrastructures quand nous le voulons’ « , écrit Daniel Iriarte, consultant de Nar Research, sur Twitter, ajoutant que le sabotage envoie un message  » très calculé «  :  » S’ils avaient endommagé des gazoducs norvégiens ou baltes en fonctionnement, ce serait un acte de guerre contre les pays de l’OTAN « . Mais en sabotant une infrastructure désaffectée, on entre dans une zone grise ou hybride, à laquelle il n’y a pas de réponse claire ».

Cette hypothèse désignerait le Kremlin comme l’instigateur du sabotage, même si l’on ne voit pas très bien ce que la Russie gagnerait à endommager ses propres installations par lesquelles elle pourrait s’approvisionner dans un futur hypothétique, au-delà de l’intimidation et de la génération d’une certaine instabilité dans l’espace de l’Union européenne et de l’OTAN. 

D’autres ont pointé du doigt les États-Unis, qui sont devenus un important exportateur d’énergie vers le Vieux Continent. Il serait dans l’intérêt de Washington, selon ce raisonnement, de continuer à déloger Moscou comme principal concurrent énergétique sur le sol européen. Mais il est peu probable qu’elle le fasse au prix d’une atteinte aux infrastructures continentales, ce qui serait contre-productif dans les relations avec ses partenaires.

Les médias pro-Kremlin ont sauvé des déclarations de début février dans lesquelles le président américain Joe Biden lançait une mise en garde contre la Russie en cas d’invasion de l’Ukraine. « Nous allons arrêter le gazoduc Nord Stream 2 », a déclaré Biden dans une déclaration commune avec le chancelier allemand Olaf Scholz, qu’il a rencontré le même jour à la Maison Blanche. 

Quoi qu’il en soit, le conseiller à la sécurité nationale de l’administration Biden, Jake Sullivan, a indiqué que les États-Unis soutiendraient les enquêtes menées par les Danois et les Suédois et qu’ils poursuivraient leur travail pour « sauvegarder la sécurité énergétique de l’Europe ». Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a qualifié les événements de « sabotage apparent ». 

Comme le note Iriarte, la demande de gaz est actuellement si élevée que les États-Unis « ont de sérieux problèmes pour exporter du gaz naturel liquéfié et, de surcroît, pour satisfaire l’offre intérieure ». « La dernière chose qui intéresse l’administration Biden est de perpétuer une situation qui lui porte préjudice sur le plan politique », conclut l’analyste.

Regard Sur l’Afrique Par José Antonio Sierra



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.