Afrique

Le ministre des sports visite le chantier du stade de Mandjaffa


Après la célébration du foot a travers le championnat national qui s’est achevé le 17 juillet dernier, Mahamoud Ali Seid, ministre de la jeunesse, des sports et de la promotion de l’entreprenariat, à la tête d’une forte délégation composée de chefs de services de son département, de conseillers du ministères etc., a visité ce mercredi 20 juillet 2022 le chantier de construction du stade de Mandjaffa.

Sur place à Mandjaffa, le ministre a eu une séance de travail avec Li Zhi, directeur de l’entreprise chinoise Scegc, en charge des travaux et son équipe et c’est par une présentation du projet via une projection que l’activité a démarré.

Fruit de la coopération tchado-chinoise, le stade de Mandjaffa est un complexe qui occupe 16 hectares qui, en dehors d’un terrain de football, abritera un court de tennis, un terrain de volleyball, un autre de handball, deux de basketball et une piste d’athlétisme.

Selon li Zhi, « plus rapide, plus haut sont les caractéristiques adoptées par les architectes de ce joyaux. Les couleurs des stades sont inspirées du tricolore tchadien. Rouge pour l’unité, jaune pour la partie septentrionale et le bleu de l’espoir ». Ce stade est en train d’être bâti selon les normes écologiques à en croire le Dg li Zhi. A terme, le rez-de-chaussée abritera l’essentiel des services. Pour mener à bien ce projet, 270 ouvriers tchadiens et 80 chinois travaillent sans relâche. « Au fur et à mesure, nous emploierons davantage d’ouvriers tchadiens pour atteindre 400 à la finition » , explique le Dg de Scegc.

Ce stade de 30.000 places est construit en partie grâce aux matériaux locaux, « le sable, le remblai, le gravier et le ciment que nous utilisons sont des produits locaux », dixit Li Zhi.

Pour le ministre des sports, « ce projet est une convention de coopération entre le Tchad et la République de Chine populaire et c’est le plus grand stade d’Afrique centrale dans lequel on trouve plusieurs terrains ». Mahamoud Ali se réjouit des avancements des travaux. Cependant, Li Zhi, Dg de la compagnie chinoise dit pour sa part que le chantier a connu du retard. « Nous ne pouvons pas promettre de terminer dans les délais requis. C’est le Tchad et toute activité dépend de plusieurs paramètres. Si rien de grave n’arrive, nous espérons pouvoir finir avant 2025 », a laissé entendre Li Zhi.

ABC

 

 



Avec LePaysTchad

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.