L’accord sur l’exportation de céréales ukrainiennes, une lueur d’espoir pour la sécurité alimentaire
Afrique

L’accord sur l’exportation de céréales ukrainiennes, une lueur d’espoir pour la sécurité alimentaire


Alors que la communauté internationale célèbre cette avancée majeure, l’Ukraine souligne qu’elle ne fait pas confiance à la Russie et dénonce une attaque contre le port d’Odessa, un jour seulement après la signature du pacte. 

« Une lueur d’espoir et de soulagement ». C’est ainsi que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a décrit l’accord conclu hier à Istanbul entre la Russie et l’Ukraine, qui ouvre la voie à l’exportation de céréales ukrainiennes. Les deux pays ont signé des accords séparés avec la Turquie et les Nations unies afin de débloquer les expéditions de céréales depuis les ports ukrainiens, dont on estime qu’ils contiennent plus de 20 millions de tonnes de céréales.

L’accord, qui intervient après plusieurs semaines de négociations difficiles entre Moscou et Kiev, avec Ankara et l’ONU comme médiateurs, a une durée de 120 jours, soit environ quatre mois. Pour assurer le suivi et veiller à ce que les deux parties respectent l’accord, un centre de coordination et de surveillance sera mis en place à Istanbul, composé de fonctionnaires des Nations unies, de la Turquie, de la Russie et de l’Ukraine. Une fois que les jours convenus auront été atteints, le pacte pourra être renouvelé si les deux parties sont d’accord.

Tant la Russie que l’Ukraine se sont engagées à respecter les couloirs de sécurité établis en mer Noire, par lesquels transiteront les navires transportant les marchandises. Kiev s’attend à ce que les céréales commencent à sortir par trois ports : Odessa, Pivdenny et Chornomorsk. Les navires ukrainiens guideront ensuite les cargos à travers les eaux minées. En contrepartie, la Russie s’engage à ne pas attaquer les ports pendant que les navires arrivent ou partent avec des céréales.

L’une des exigences formulées par Moscou était l’inspection des navires, car elle craint qu’ils ne contiennent des armes destinées à l’Ukraine. Ces recherches seront effectuées au départ et à l’arrivée des navires dans deux ports commerciaux d’Istanbul : Haydarpasa, à l’entrée du détroit du Bosphore, et Ambarli, sur la mer de Marmara.

Outre cet accord, l’ONU et la Russie ont signé un mémorandum garantissant que les sanctions occidentales contre Moscou n’affecteront pas directement ou indirectement les céréales et les engrais. Certains pays, comme le Sénégal, avaient déjà abordé ce point en demandant la levée des sanctions sur ces produits.

« Les sanctions contre la Russie ont aggravé la situation en ce qui concerne l’approvisionnement en céréales et en engrais des pays africains. Nous n’y avons pas accès. Cela a des conséquences en termes de sécurité alimentaire du continent », a souligné Macky Sall, président du Sénégal et de l’Union africaine, après une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine début juin.

La sécurité alimentaire mondiale en jeu

Cet accord est un coup de fouet pour la sécurité alimentaire mondiale, qui était confrontée à une grave crise en raison de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les principaux fournisseurs de céréales du monde, dont dépendent 30 % des exportations de blé de plus de 30 pays, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Selon Anna Nagorny – citée par AP – professeur de gestion de crise à l’université du Massachusetts Amherst et membre du conseil d’administration de la Kiev School of Economics, 400 millions de personnes dans le monde dépendent de l’approvisionnement alimentaire ukrainien.

En raison de cette situation critique, la communauté internationale a salué cet accord qui peut atténuer les effets de la crise alimentaire. « Il s’agit d’une étape fondamentale dans les efforts visant à surmonter l’insécurité alimentaire mondiale causée par l’agression de la Russie contre l’Ukraine », a écrit Josep Borrell, chef de la diplomatie de l’UE, sur Twitter.

« Un accord qui permet aux céréales de quitter les ports de la mer Noire sauve la vie de personnes qui, partout dans le monde, luttent pour nourrir leur famille », a déclaré le directeur général de la Croix-Rouge, Robert Mardini. Dans une déclaration, Mardini a indiqué qu’au cours des six derniers mois, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 187 % au Soudan, de 86 % en Syrie et de 60 % au Yémen. Dans cette crise alimentaire, les pays ayant des problèmes humanitaires sont ceux qui suscitent le plus d’inquiétude.

RSA Par Margarita Arredondas



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.