Afrique

Nord-Kivu : la FEC demande aux autorités de renforcer la sécurité sur la route Beni-Kasindi


Nord-Kivu : la FEC demande aux autorités de renforcer la sécurité sur la route Beni-Kasindi

La Fédération des entreprises du Congo (FEC) du territoire de Lubero a demandé, mercredi 22 juin, aux autorités de renforcer la sécurité sur l’axe Beni-Kasindi.

Dans un entretien accordé à Radio Okapi, le président local de cette organisation patronale, Polycarpe Ndivito, a indiqué que ce tronçon est l’une des alternatives pour continuer à alimenter la région en produits importés.

Construction des routes Kasindi-Beni-Butembo : 40 % de la main d’œuvre sera ougandaise

Il a également salué la décision du gouverneur du Nord-Kivu, interdisant l’importation et de l’exportation des marchandises via le poste frontalier de Bunagana.

Depuis plus d’une semaine, ce poste frontalier situé dans le territoire de Rutshuru et ouvrant la voie à l’Ouganda voisin est sous contrôle des rebelles du M23.

« Cette décision est bonne et il faut l’accompagner seulement, je ne vois pas un opérateur économique qui, aujourd’hui, va prétendre aller collaborer avec l’ennemi de notre pays. Vous le savez Bunagana et Ishasha étaient notre deuxième porte d’entrée après que Kasindi a eu des problèmes de transit entre Kasindi et Beni, parce qu’il y a beaucoup de marchandises que nous avons perdues sur cette route-là. Il n y a pas seulement les marchandises, il y a aussi les camions et les vies humaines, maintenant que l’ennemi a attaqué cette partie, c’est une désolation dans le chef des entrepreneurs que nous sommes», a souligné Polycarpe Ndivito.

Il a par ailleurs, expliqué que les commerçants devraient passer par Kasindi avec leurs marchandises :

« On va passer par Kasindi et demander à l’autorité à ce que l’escorte soit renforcée pour que les marchandises, les produits de consommation arrivent à Beni, à Butembo et à Lubero, également Ishasha étant encore libre, on va continuer à utiliser Ishasha en attendant que Bunagana soit complètement libéré. Donc, on ne va pas croiser les bras, si la route entre Goma et Rutshuru n’est pas encore coupée, on va aussi emprunter l’axe de Goma. »  



Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.