Les Coupes d’Europe de rugby s’ouvrent aux franchises d’Afrique du Sud
Afrique

Les Coupes d’Europe de rugby s’ouvrent aux franchises d’Afrique du Sud


Un ballon de rugby dans un stade.edgar-pimenta-QCjG5hGpdA0-unsplash

Comme pour leur éviter un ennui mortifère, en raison d’un manque réel de concurrence en Afrique, l’EPCR a décidé jeudi d’intégrer cinq franchises sud-africaines dans les Coupes d’Europe de rugby. Pour la saison 2022-2023 les Stormers du Cap, les Bulls de Pretoria, les Sharks de Durban, les Lions de Johannesbourg et les Cheetahs de Bloemfontein affronteront les meilleures équipes du Vieux continent.

Déjà membres de l’United Rugby Championship

L’EPCR (European Professionnal Club Rugby) a annoncé, le jeudi 2 juin 2022, l’intégration de cinq franchises sud-africaines aux compétitions européennes de rugby, à partir de la saison 2022-2023. Il s’agit des Stormers (Cap), des Bulls (Pretoria), des Sharks (Durban), des Lions (Johannesburg) et des Cheetahs (Bloemfontein). Les trois premiers disputeront la Champions Cup et les deux derniers joueront le Challenge Cup, des tournois remportés cette année par les Français de La Rochelle et de Lyon.

Cette répartition se fait selon le rang des équipes à l’issue de la saison 2021-2022 de l’United Rugby Championship (ex-ligue Celtique). Cette division mettait autrefois uniquement aux prises des équipes irlandaises, galloises, écossaises et italiennes. Les clubs sud-africains ont obtenu le droit de la disputer en 2017. Cette année, les Stormers ont fini 2e de l’URC, les Bulls 4e et les Sharks 5e. Ils se qualifient pour la Champions Cup aux côtés des Irlandais du Leinster, du Munster et de l’Ulster, des Ecossais d’Edimbourg et des Gallois des Ospreys.

Des revenus commerciaux solides à venir

Les Lions, eux, ont fini 12e de l’URC cette saison. Quant aux Cheetahs, ils participeront simplement en tant qu’invités. Ils évoluent actuellement en Currie Cup, la compétition la plus importante en Afrique du Sud. Selon Dominic McKay, président de l’EPCR, l’insertion des équipes sud-africaines constituent une « étape cruciale » pour obtenir « un niveau toujours plus élevé de matchs passionnants pour les fans. Il pense aussi que leur arrivée permettra « d’intensifier la compétition en apportant une nouvelle concurrence aux clubs de l’élite européenne ».  Par ailleurs, elle offrirait « des revenus commerciaux solides » aux différentes ligues concernées.

Une perte d’identité et une dénaturation des coupes ?

Pour sa part, Jurie Roux, directeur général de la Fédération sud-africaine (Saru), estime qu’il s’agit d’un challenge excitant pour les franchises de son pays. « Nous avons déjà connu l’intensité de l’URC et, maintenant, nous allons aussi affronter les meilleurs clubs d’Angleterre et de France », s’est enthousiasmé le dirigeant, qui dit ne pas craindre pour le niveau des joueurs sud-africains. Cet enthousiasme n’est pas partagé par de nombreux acteurs et dirigeants européens. Parmi lesquels Vincent Merling, le président de La Rochelle. Celui-ci dénonce « une perte d’identité » des coupes, qui ne seront plus européennes. Pour sa part, l’entraîneur des arrières du Stade toulousain, Clément Poitrenaud, voit en l’arrivée des Sud-africains un risque potentiel de dénaturer les compétitions.

Le calendrier de la compétition connu fin juin

Les franchises italiennes, écossaises et galloises ne doivent pas, non plus, applaudir cette décision. Ils verront leur chance de participer aux Coupes d’Europe s’amenuiser avec cette concurrence nouvelle. Par ailleurs, certaines équipes pointent déjà les longs déplacements (environ 11 heures de vol) sur la pointe australe d’un autre continent. D’autres jugent qu’il serait plus raisonnable de créer un mondial des clubs, à l’image du football. Pour le moment, l’EPCR tient à son projet. Il a déjà indiqué que le tirage au sort des deux compétitions se fera à la fin du mois de juin. Il a aussi prévu que les finales des deux coupes d’Europe 2023 se déroulent à l’Aviva Stadium de Dublin le vendredi 19 et le samedi 20 mai.

 

 



Avec Afric Telegrah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.