Nord-Kivu : des experts proposent la sécurisation des concessions forestières des communautés locales
Afrique

Nord-Kivu : des experts proposent la sécurisation des concessions forestières des communautés locales


La sécurisation des concessions forestières des communautés locales est l’une des propositions faites par une dizaine d’acteurs intervenant dans la thématique foncière. Ils ont donné cet avis mercredi 18 mai à Goma au Nord-Kivu, à l’issue d’un atelier de consultation provinciale qui a statué sur le projet de modification de la loi foncière de 1973 en République démocratique du Congo. 

Ce projet de modification complétant la loi numéro 73-021 est une initiative de la Commission nationale de la réforme foncière (CONAREF). 

Il limite aussi à 200 hectares la superficie que doit détenir un individu et à pas plus de 5 000 hectares pour les personnes morales, en vue d’éviter l’appropriation des vastes étendues de terres par une poignée d’individus alors que le pays fait face à une croissance démographique exponentielle. 

« Puisque les droits fonciers sont des matières concurrentes entre les pouvoirs central et provincial, à travers la loi de modification qui est proposées, on va poser les bases pour une protection des terres des communautés locales, mais nous avons également un pays à vocation agricole et industriel. Il faut donc concilier cette protection de petits paysans avec la vocation agroindustrielle en RDC », a expliqué Jean Petit Mulume, consultant à la CONAREF. 

Après ces consultations provinciales, une réunion de validation du projet de loi est prévue incessamment à Kinshasa. Cet atelier de deux jours de Goma, a été organisé par le Conseil Norvégien pour les réfugiés avec l’appui de l’Union européenne.   



Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.