Corruption : Le Gabon fait un bond spectaculaire de 5 places et figure parmi les pays à progresser le plus dans le classement 2021 de Transparency International
Gabon

Corruption : Le Gabon fait un bond spectaculaire de 5 places et figure parmi les pays à progresser le plus dans le classement 2021 de Transparency International


Le classement 2021 de l’ONG Transparency International a été publié ce mardi 25 janvier 2022 © DR


Le classement 2021 de l’ONG allemande Transparency International sur l’indice de perception de la corruption dans le monde a été rendu public mardi 25 janvier. Le Gabon y fait un bond spectaculaire de 5 places, passant du 129ème rang l’année dernière au 124ème cette année. Il figure parmi les pays à le plus progresser. Un résultat dû, selon les auteurs du rapport, à la mise en place de « politiques volontaristes »

Dans l’indice de perception de la corruption dans le monde en 2021, le Gabon gagne cinq place, passant de la 129ème à la 124ème sur 180 (avec un score de 31/100) dans un classement dont la 1ère place revient au Danemark et à la Finlande (avec un score de 88/100) et dont les trois meilleurs élèves en Afrique sont les Seychelles (23ème), suivis par le Cap Vert et le Botswana.

19ème sur 49 en Afrique subsaharienne

A l’échelle de l’Afrique subsaharienne (continentale et insulaire), le pays se hisse à la 19ème place sur 49 pays évalués.

A l’instar de l’édition précédente, le Gabon arrive en tête des pays des pays d’Afrique centrale continentale devant l’Angola (135ème), le Cameroun (143ème), la RCA (155ème), le Congo (161ème), le Tchad (163ème), la RDC (169ème) et la Guinée équatoriale (171ème). Dans la zone CEMAC, il n’est devancé que par Sao Tomé et Principe (68ème).

Fruit d’une politique volontariste

Ce bon spectaculaire du Gabon dans le classement Transparency 2021 s’explique, selon les auteurs du rapport, par la mise en place de « politiques volontaristes » dans la lutte contre la corruption. Il s’agit à la fois de l’opération anti-corruption Scorpion au sommet de l’Etat, des task forces sur les dettes intérieures et extérieures supervisées par l’ex-coordinateur général des affaires présidentielles, Noureddin Bongo Valentin ou encore de l’adhésion à venir du pays à l’ITIE (Initiative pour la transparence des industries extractives).



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.