Le Gabon choisit symboliquement la date du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, pour l’entrée en vigueur de son nouveau Code du travail très progressiste
Gabon

Le Gabon choisit symboliquement la date du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, pour l’entrée en vigueur de son nouveau Code du travail très progressiste


Ali et Sylvia Bongo Ondimba sont le couple présidentiel le plus actif dans la lutte contre les violences faites aux femmes © DR


L’annonce a été faite ce matin par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, sur ses réseaux sociaux. 

A l’instar du reste de la communauté internationale, le Gabon célèbre ce 25 novembre la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Journée qui correspond au lancement de l’opération « Orangez le monde » dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Journée également choisi symboliquement par le Gabon pour publier au Journal officiel les dispositions du nouveau Code du travail en faveur de l’égalité entre femmes et hommes, qui entrent ainsi en vigueur.

« Comme un symbole, ce jour correspond à la publication au Journal officiel du nouveau Code du travail dont les dispositions garantissent une meilleure protection des femmes tout en assurant une stricte égalité entre elles et les hommes », a annoncé le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba ce matin sur sa page Facebook.

Pour rappel, en début d’année, le Parlement gabonais a voté une série de modifications du Code pénal, du Code civil et du Code du travail afin de lutter encore plus fermement contre les violences faites aux femmes et promouvoir une égalité effective entre les femmes et les hommes.

En Afrique, le Gabon est considéré comme l’un des trois pays, avec l’Ethiopie et le Rwanda, qui promeut le plus la cause des femmes et leur assure une large présence dans la vie publique. Plusieurs des plus hauts postes du pays sont occupés par des femmes. C’est le cas de la Primature, de la Présidence du Sénat, de la Cour Constitutionnelle ou encore du gouvernorat de la Province de l’Estuaire, la plus importante du pays.

Cette situation s’explique par l’implication personnelle du président de la République en la matière – celui-ci a, dès 2015, décrété la Décennie de la femme, et initié en 2020 le programme « Gabon Egalité » considéré comme exemplaire -, mais aussi de son épouse, Sylvia Bongo Ondimba, dont la Fondation éponyme est, depuis une dizaine d’années, l’une des institutions non-étatiques des plus actives du continent sur le sujet.



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.