2 novembre, Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes
Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés le 2 novembre 2013 au Mali
ActualitéFrance

2 novembre, Journée internationale contre l’impunité pour les crimes contre les journalistes

L’édition « 2021 de la Journée internationale contre l’impunité pour les crimes contre les journalistes « , met en lumière cette année le rôle déterminant des services de poursuite judiciaire dans les enquêtes et les poursuites, non seulement des meurtres, mais également des menaces de violence contre les journalistes.

2 novembre, Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes
Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés le 2 novembre 2013 au Mali

Rappel

C’est en décembre 2013, lors de sa 68e session, l’Assemblée générale des Nations Unies qu’a été adopté la résolution (A/RES/68/163), intitulée « La sécurité des journalistes et la question de l’impunité ».  La date de cette journée internationale a été choisie en mémoire de deux journalistes français, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés le 2 novembre 2013 au Mali.

2 novembre, Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes
Anna Politkovskaïa, assassinée à Moscou en 2006. 

Violence

Entre 2006 et 2020, plus de 1 200 journalistes ont été tués dans le monde et près de 9 cas sur 10 n’ont pas été élucidés, selon l’Observatoire de l’UNESCO des journalistes assassinés.  Ce cycle de violence à l’encontre des journalistes est souvent révélateur d’un affaiblissement de l’État de droit et du système judiciaire.

2 novembre, Journée internationale contre l'impunité pour les crimes contre les journalistes
Anne Marie DWORACZEK-BENDOME, Journaliste indépendante (France-Gabon)
Harcèlement

Si les meurtres constituent la forme la plus extrême de censure des médias, les journalistes sont également confrontés à d’innombrables menaces, allant de l’enlèvement, de la torture et d’autres agressions physiques au harcèlement, notamment dans la sphère numérique. Les menaces de violence et les attaques contre les journalistes en particulier créent un climat de peur parmi les professionnels des médias, entravant la libre circulation des informations, des opinions et des idées au sein de la population. En outre, il existe, pour les femmes journalistes, des risques spécifiques, notamment les agressions sexuelles.

Source : un.org
02/11/2021

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.