USA : La ville de New York et certains employeurs adoptent une ligne dure contre les réfractaires à la vaccination
USA : La ville de New York et certains employeurs adoptent une ligne dure contre les réfractaires à la vaccination.
ActualitéMonde

USA : La ville de New York et certains employeurs adoptent une ligne dure contre les réfractaires à la vaccination

Ce mardi 03, New York est devenue la première grande ville des Etats-Unis à annoncer qu’elle exigera une preuve de vaccination contre le COVID-19 dans les restaurants, les spectacles et les salles de sport, rejoignant ainsi une liste croissante d’États, de collectivités locales et de grands employeurs qui ont adopté la même ligne rigoureuse à la fois contre la variante delta en pleine expansion, et contre les réfractaires au vaccin.

USA : La ville de New York et certains employeurs adoptent une ligne dure contre les réfractaires à la vaccination
USA : La ville de New York et certains employeurs adoptent une ligne dure contre les réfractaires à la vaccination.

Le géant de la viande et de la volaille Tyson Foods a déclaré qu’il exigerait que tous ses quelque 120 000 employés américains se fassent vacciner au cours des trois prochains mois, devenant ainsi l’un des premiers grands employeurs de travailleurs de première ligne à franchir le pas. Microsoft demandera à ses quelque 100 000 employés américains – ainsi qu’à ses vendeurs et visiteurs – de présenter une preuve de vaccination en septembre.

Quant aux quelque 150 000 travailleurs syndiqués des trois grands constructeurs automobiles américains, ils devront recommencer à porter des masques à partir de mercredi 4 août.

« L’objectif ici est de convaincre tout le monde que c’est le moment. Si nous voulons arrêter la variante delta, c’est maintenant. Et cela signifie qu’il faut se faire vacciner dès maintenant« , a déclaré le maire de New York, Bill de Blasio, en annonçant les nouvelles mesures agressives qui entreront en vigueur à la mi-août. Les cartes de vaccination seront acceptées comme preuve de l’inoculation, ainsi que les applications de l’État et de la ville.

Les cas de COVID-19 à travers les États-Unis ont été multipliés par six au cours du mois dernier, pour atteindre une moyenne de plus de 85 000 par jour, un niveau jamais atteint depuis la mi-février. Les décès ont augmenté au cours des deux dernières semaines, passant d’une moyenne de 254 par jour à 386. La Floride compte plus de personnes hospitalisées pour le COVID-19 qu’à tout autre moment de l’épidémie – plus de 11 500.

La Louisiane a signalé un record historique de plus de 2 100 patients hospitalisés avec le virus, la plupart non vaccinés. Les taux de vaccination des deux États sont inférieurs à la moyenne nationale. « Vous êtes en train de parler et de rire avec le patient, puis vous sortez de la chambre, et peut-être qu’une heure ou deux plus tard, vous rentrez dans la chambre avec un chariot d’urgence parce que son état se détériore très vite« , a déclaré Penny Ceasar, qui s’occupe des admissions au Westside Regional Medical Center près de Fort Lauderdale, en Floride.

Face à l’inquiétude croissante suscitée par le retour en force du virus, le nombre de vaccinations dans le pays a commencé à augmenter légèrement ces dernières semaines, atteignant plus d’un demi-million par jour en moyenne, mais il est encore bien inférieur au pic de 3,4 millions par jour atteint en avril. Soixante-dix pour cent des adultes du pays ont reçu au moins un vaccin, et près de 61 % sont complètement vaccinés, ce qui est bien en deçà, de ce que le président Joe Biden souhaitait pour les États-Unis à ce stade.

Les experts affirment que le vaccin est encore très efficace pour prévenir les maladies graves et les décès dus à la version mutante, considérée comme plus contagieuse jusqu’à maintenant. Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, un républicain qui se représente l’année prochaine tout en envisageant une candidature à la présidentielle de 2024, a doublé la mise mardi, alors que l’État battait à nouveau son record d’hospitalisations liées au COVID-19, en insistant sur le fait que le pic va bientôt s’atténuer et qu’il n’imposera aucune restriction commerciale ni aucun mandat de masque. Il a encouragé les gens à se faire vacciner.

« Nous ne sommes pas en train de fermer », a dit DeSantis. « Les écoles resteront ouvertes. Nous protégeons l’emploi de chaque Floridien dans cet État. Nous protégeons les petites entreprises des gens. » La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a critiqué les politiques d’États comme la Floride et le Texas – tous deux dirigés par des républicains – qui bloquent les masques ou les exigences en matière de vaccins. « Je pense que la question fondamentale que nous nous posons est la suivante : « Que faisons-nous ici ? » », a-t-elle déclaré, ajoutant que le président Joe Biden avait l’intention de faire valoir le fait que « nous sommes tous dans le même bateau« .

La décision de l’industrie automobile de se masquer à nouveau a été prise par des représentants de General Motors, Ford, la société mère de Chrysler, et le syndicat United Auto Workers, et elle s’applique même aux employés qui ont été vaccinés. Cette décision intervient un peu moins d’un mois après que les ouvriers de l’automobile vaccinés ont été autorisés à retirer leurs masques. Quant à Tyson, Donnie King, PDG de l’entreprise de Springdale (Arkansas), a déclaré dans un mémo adressé aux employés que l’obligation de se faire vacciner était nécessaire pour surmonter l’hésitation persistante à se faire vacciner. « Nous n’avons pas pris cette décision à la légère. Nous avons passé des mois à encourager les membres de notre équipe à se faire vacciner – aujourd’hui, moins de la moitié des membres de notre équipe le sont », a écrit M. King.

 

À New York, Sean Ogs, gérant du Woodside Cafe dans le Queens, a déclaré qu’il avait été « terrassé » lorsqu’il a entendu la nouvelle de la vaccination obligatoire des clients. « Nous avons déjà connu des difficultés. Je ne sais pas comment je vais faire face à cette situation », a déclaré M. Ogs. « Cela va représenter un travail supplémentaire. Ça va rendre les choses impossibles. « Debbie McCarthy, une habituée du Woodside Cafe qui n’est pas vaccinée, a dit qu’elle a été refusée pendant le week-end dans plusieurs établissements qui avaient déjà commencé à exiger une preuve. « Je suis un peu choquée qu’ils fassent cela », a déclaré Mme McCarthy, qui dit avoir guéri du COVID-19 il y a plusieurs mois, et pense que ses anticorps la protégeront d’une autre infection. « Pourquoi ont-ils si peur des personnes qui n’ont pas été vaccinées ? Je pense que nous devrions avoir le choix. « 

 

DBNEWS avec AP
03 AOÜT 2021

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :