lundi, juin 14, 2021
Pas d’indulgence pour l’ex-enfant-soldat de la LRA: 25 ans de prison
Afrique

Pas d’indulgence pour l’ex-enfant-soldat de la LRA: 25 ans de prison



Pas d’indulgence pour l’ex-enfant-soldat de la LRA: 25 ans de prison

Pas d’indulgence pour l’ex-enfant-soldat de la LRA: 25 ans de prison

Par Marie-France Cros.

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné jeudi à La Haye l’Ougandais Dominic Ongwen, de la Lord’s Resistance Army (LRA) de Joseph Kony, à 25 ans de prison, soit une peine allant au-delà des réquisitions du parquet, qui réclamait 20 ans d’incarcération.

C’est le 4 février dernier que l’Ougandais de 45 ans avait été reconnu coupable de 61 des 70 chefs d’accusation retenus contre lui, parmi lesquels meurtres, viols, tortures, mariages forcés, réduction en esclavage, outrages à la dignité, pillages, persécutions, destructions de biens et utilisation d’enfants-soldats. Ces crimes ont été commis entre 2002 et 2005 contre les occupants de quatre camps de déplacés au nord de l’Ouganda – déplacés en raison de la terreur que faisait régner la LRA. La secte armée les considérait comme complices de Kampala.

https://afrique.lalibre.be/57958/ouganda-un-ex-enfant-soldat-devenu-chef-rebelle-reconnu-coupable-de-crimes-de-guerre/

La Cour a été plus sévère que ce que réclamait le bureau du Procureur. Avant le verdict de février, ce dernier avait refusé d’admettre que Dominic Ongwen était victime de désordres mentaux post-traumatiques après avoir été enlevé à 9 ans par la LRA, qui en avait fait un enfant-soldat, et cela bien que ces désordres aient été partiellement admis par les psychiatres de l’accusation et alors que celui de la CPI, Joop de Jong, et les psychiatres de la défense avaient reconnu des désordres post-traumatiques chez l’accusé. Pour la procureure Fatou Bensouda, début 2021, Ongwen cherchait, en brandissant cet argument, à « se soustraire à ses responsabilités ». C’est apparemment ce qu’a retenu la Cour.

Contradictions

Deux chercheurs des Pays-Bas, Barbora Hola et Thys Bouwknegt, ont souligné les contradictions de la CPI en la matière. Face à un accusé d’utilisation d’enfants-soldats, elle retient que celle-ci provoque chez ces enfants des traumatismes durables et irréparables et des maladies mentales. Lorsque c’est l’accusé qui est lui-même un ancien enfant-soldat, elle ne tient pas compte de ce traumatisme irréparable.

Dominic Ongwen avait fui la LRA en 2014 par peur des sanctions que lui infligerait Joseph Kony pour lui avoir désobéi. Il avait erré pendant des semaines avant de trouver refuge chez des rebelles centrafricains, qui avaient fini par le remettre à des soldats américains présents en Centrafrique. Il avait ensuite été livré à la CPI, qui le jugeait depuis 2015.

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :