A la uneLignes de force

Joe Biden interpellé

Minneapolis ! Vous vous en souvenez ? C’est, en effet, dans cette ville américaine qu’a été tué l’Afro-américain, Georges Floyd, mort étouffé sous le genou d’un policier blanc. Jugé raciste, ce drame avait provoqué une véritable levée de boucliers aussi bien aux Etats-Unis qu’à travers le monde, entraînant par endroits, la destruction de monuments qui rappellent le passé esclavagiste de certains personnages historiques. Le policier mis en cause, en la personne de Derek Chauvin, a été arrêté et son procès a été ouvert en mars dernier. Alors que la communauté noire des Etats-Unis attend avec impatience l’issue de ce procès, Minneapolis vient encore de s’illustrer de la pire des manières. En effet, un jeune homme noir d’une vingtaine d’années, a été tué par un autre policier blanc. La victime s’appelle Daunte Wright tué alors qu’il partait rendre visite à sa mère. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une nouvelle vague de contestations au point que les autorités ont dû appeler la garde nationale en renfort et ce, après plusieurs heures d’affrontements entre la police et les manifestants qui en avaient gros sur le cœur. Et ce n’est pas tout. Puisque pour limiter les casses et les scènes de pillage tous azimuts, un couvre-feu a été décrété dans la foulée. En prenant ces mesures d’urgence, l’on a envie de dire que les autorités américaines n’ont fait que casser le thermomètre. Elles ne réussiront cependant pas à faire  baisser la fièvre.

 

Joe Biden doit prendre toute la mesure du péril qui guette les Etats-Unis si rien n’est fait pour contrer le racisme

 

Car, tant que prévaudront le racisme et autres formes de ségrégations, la première puissance mondiale connaîtra des remous sociaux aux conséquences parfois incalculables. Il faut donc que cessent les violences policières dirigées contre les Noirs que d’aucuns considèrent comme des citoyens de seconde zone aux Etats-Unis. Ces racistes ou apôtres de l’apartheid étaient malheureusement encouragés dans leur élan par l’ex-président Donald Trump dont les excentricités le disputaient à l’irresponsabilité. En tout cas, tout se passe comme si le meurtre de George Floyd et le tollé mondial qui s’en est suivi, n’y ont rien fait. Tant et si bien qu’à Minneapolis, la police continue de tirer au déboulé sur des Afro-Américains dont le seul péché est d’être de race noire. La réforme de la police qu’appelaient de tous leurs vœux certains officiels, ressemble plus à des effets d’annonces ou des annonces sans effet destinés à divertir l’opinion. D’autant que depuis lors, sauf erreur ou omission, aucun acte concret n’a été posé dans le sens d’une refondation. C’est le lieu donc d’en appeler désormais à la responsabilité du président Joe Biden qui, dans un  souci d’inclusivité, a confié les rênes de l’armée à un Afro-Américain. Il se doit de prendre toute la mesure du péril qui guette les Etats-Unis si rien n’est fait pour contrer le racisme. Certes, la tâche est titanesque mais il aura eu le mérite, s’il accepte d’engager le combat, d’avoir ouvert l’œil et le bon là où son prédécesseur soufflait sur des braises.

 

B.O