jeudi, avril 15, 2021
19 MARS 2021 - USA | Immigration : vote favorable de la Chambre des représentants pour ouvrir l'accès à la citoyenneté
Le président de la Chambre Nancy Pelosi, D-Californie, rejoint à droite par le représentant Raul Ruiz, D-Californie, président du caucus hispanique de la Chambre, et la représentante Lucille Roybal-Allard, D-Californie, discute du vote à venir sur l'American Dream and Promise Act de 2021, un projet de loi visant à réformer le système d'immigration, au Capitole de Washington, le jeudi 18 mars 2021 (AP Photo / J. Scott Applewhite)
ActualitéMonde

USA | Immigration : vote favorable de la Chambre des représentants pour ouvrir l’accès à la citoyenneté

19 MARS 2021 - USA | Immigration : vote favorable de la Chambre des représentants pour ouvrir l'accès à la citoyenneté
Le président de la Chambre Nancy Pelosi, D-Californie, rejoint à droite par le représentant Raul Ruiz, D-Californie, président du caucus hispanique de la Chambre, et la représentante Lucille Roybal-Allard, D-Californie, discute du vote à venir sur l’American Dream and Promise Act de 2021, un projet de loi visant à réformer le système d’immigration, au Capitole de Washington, le jeudi 18 mars 2021 (AP Photo / J. Scott Applewhite)

WASHINGTON (AP) – La Chambre des Representants a voté favorablement jeudi 18 mars, la proposition de loi global ouvrant l’accès à la citoyenneté pour les jeunes rêveurs, les travailleurs agricoles migrants et les immigrants, qui ont fui la guerre ou les catastrophes naturelles.  Par 228 contre 197, les législateurs ont approuvé le projet de loi offrant un statut juridique à environ 2 millions de rêveurs, amenés illégalement aux États-Unis dans leur enfance, et à des centaines de milliers de migrants admis pour des raisons humanitaires en provenance d’une douzaine de pays en difficulté.  

Concernant le deuxième projet de loi qui porte sur des protections a accordé à 1 million de travailleurs agricoles, qui ont travaillé illégalement aux États-Unis. Le gouvernement estime qu’ils représentent la moitié des ouvriers agricoles du pays, le voté a été 247contre174.

Les deux projets de loi ont rencontré une hostilité chez les Républicains (opposition). Le GOP a accusé les démocrates du Congrès d’ignorer ce problème et le président Joe Biden de l’alimenter en effaçant les politiques restrictives de l’ancien président Donald Trump, même si cette vague a commencé alors que Trump était encore au pouvoir.

Alors que les rêveurs (Dreamers) bénéficient d’un large soutien du public et que les travailleurs agricoles migrants sont une colonne vertébrale de l’industrie agricole, les deux projets de loi de la Chambre font face à de sombres perspectives dans un Sénat également divisé.

Les 50 démocrates de la chambre du Sénat auront besoin d’au moins 10 partisans du GOP (Le Parti républicain, surnommé « Grand Old Party ») pour briser les flibustiers de la droite.

Concernant les perspectives de la loi sur l’immigration et surtout la mesure phare de la présidence Joe Biden : l’accessibilité à la citoyenneté américaine 11 millions d’immigrants vivants illégalement aux États-Unis, mais aussi l’assouplissement des mesures de restrictions de visa, l’amélioration des technologies liées au contrôle aux frontières et l’aide directe des Etats-Unis en Amérique centrale pour atténuer les problèmes qui poussent les gens à partir de leurs pays respectifs, cet objectif parait plus compliqué.

Le Congrès est dans l’impasse sur l’immigration depuis des années, et la question semblait une fois de plus se diriger vers une bataille politique.  Les républicains pourraient essayer de rallier les électeurs conservateurs à leur cause lors des prochaines élections, tandis que les démocrates pourraient ressortir une pile de mesures adoptées par la Chambre des Representants, qui languissent au Sénat pour susciter un soutien en faveur de contrer les GOP.  Pour rassurer les élus et les populations, les démocrates ont déclaré que leurs mesures ne visaient pas à la sécurité des frontières mais à s’adresser aux groupes d’immigrants qui méritent d’être aidés.

«Ils font tellement partie de notre pays», a déclaré Nancy Pelosi, D-Californie, présidente de la Chambre des représentants à propos de Dreamers, qui, comme de nombreux immigrants, ont occupé des emplois de première ligne pendant la pandémie. «. Ces communautés d’immigrants renforcent, enrichissent et ennoblissent notre nation, et elles doivent pouvoir rester.»

Malgré la vague de popularité du Président Joe BIDEN depuis sa prise de fonction et sa victoire de l’énorme paquet de secours COVID-19. « Il s’agit d’une crise frontalière de Biden, et elle devient incontrôlable », a déclaré le leader de la minorité à la Chambre, Kevin McCarthy, R-Calif.  depuis avril dernier, le nombre de migrants surpris en train de traverser la frontière mexicaine a augmenté, à cela, on doit ajouter les 100 441 rencontrés le mois dernier. C’est le le chiffre le plus élevé depuis mars 2019.

Le secrétaire à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, a déclaré que ce chiffre, on s’achemine vers un record jamais atteint depuis 20 ans. Les démocrates aggravent ce problème, ont déclaré les républicains, avec des projets de loi incitant les passeurs à faire entrer plus d’immigrants aux États-Unis et à offrir une amnistie aux immigrants qui enfreignent les lois pour entrer et vivre dans le pays.

«Nous ne savons pas qui sont ces personnes, nous ne savons pas quelles sont leurs intentions», a déclaré la représentante Jody Hice, R-Ga., À propos des travailleurs agricoles immigrants qui pourraient demander un statut juridique. Il a ajouté : « C’est effrayant, c’est irresponsable, cela met la vie des Américains en danger. »

Au cours du débat précédent sur le projet de loi des rêveurs, les démocrates ont déclaré que les républicains allaient trop loin. «Parfois, je me tiens dans cette enceinte et je me sens comme dans la Twilight Zone, en écoutant un certain nombre de mes collègues républicains épouser l’idéologie de la suprématie blanche pour dénigrer nos rêveurs», a déclaré le représentant Mondaire Jones, D-N.Y. Neuf républicains en grande partie modérés ont rejoint tous les démocrates pour soutenir le projet de loi Dreamers. La Chambre a approuvé des versions similaires des projets de loi sur les rêveurs et les travailleurs agricoles en 2019. Sept républicains ont voté pour le projet de loi «Dreamers» et 34 ont soutenu la mesure des travailleurs agricoles cette année-là.

Les deux mesures de 2019 sont mortes dans ce qui était un Sénat dirigé par les républicains. Ni l’un ni l’autre n’aurait été signé par Trump, qui a passé ses quatre ans en tant que président à restreindre l’immigration légale et illégale. En revanche, Biden a suspendu les travaux sur le mur de Trump le long de la frontière mexicaine, a mis fin à la séparation des jeunes enfants des familles de migrants et a permis aux mineurs appréhendés de rester aux États-Unis alors que les responsables décident s’ils peuvent légalement rester.

Il a également refusé la plupart des adultes célibataires et des familles. L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré aux journalistes que Biden soutenait les deux projets de loi en tant que « jalons critiques vers un soulagement indispensable pour les millions de personnes qui appellent les États-Unis chez eux».

Le projet de loi Dreamer accorderait un statut juridique conditionnel pendant 10 ans à de nombreux immigrants de moins de 18 ans qui ont été amenés illégalement aux États-Unis avant cette année. Ils doivent obtenir un diplôme d’études secondaires ou avoir des diplômes équivalents, ne pas avoir de casier judiciaire grave et remplir d’autres conditions.

Pour obtenir la résidence permanente légale, souvent appelée carte verte, ils doivent obtenir un diplôme d’enseignement supérieur, servir dans l’armée ou être employés pendant au moins trois ans. Comme tous les autres détenteurs de cartes vertes, ils pourraient alors demander la citoyenneté au bout de cinq ans. 

La mesure accorderait également des cartes vertes à environ 400 000 immigrants bénéficiant d’un statut de protection temporaire, ce qui permettrait la résidence temporaire de personnes ayant fui la violence ou des catastrophes naturelles dans une douzaine de pays.

L’autre projet de loi permettrait aux travailleurs agricoles immigrants qui ont travaillé illégalement dans le pays au cours des deux dernières années – avec leur conjoint et leurs enfants – d’obtenir le statut de travailleur agricole agréé. Cela leur permettrait de rester aux États-Unis pour des périodes renouvelables de 5 1/2 ans. 

Pour gagner des cartes vertes, ils devraient payer une amende de 1 000 $ et travailler jusqu’à huit ans supplémentaires, selon la durée pendant laquelle ils ont déjà occupé des emplois agricoles. 

La législation plafonnerait également les augmentations de salaire, rationaliserait le processus permettant aux employeurs d’obtenir des visas H-2A permettant aux immigrants de travailler légalement sur des emplois agricoles, et introduirait progressivement un système obligatoire pour vérifier électroniquement que les travailleurs agricoles se trouvent légalement aux États-Unis.

 

DBNEWS avec AP
19 mars 2021

%d blogueurs aiment cette page :