dimanche, avril 18, 2021
30 mars Photo Andy Li  - Hong-Kong : Andy Li, activiste pro-démocratie en isolement dans un établissement psychiatrique
Photo : Andy Li, qui a purgé une peine de sept mois de prison dans le sud de la Chine après avoir tenté de fuir sa ville natale avec 11 autres personnes en hors-bord, figure sur une photo d'archive. Crédit: RFA
ActualitéMonde

Hong-Kong : Andy Li, activiste pro-démocratie en isolement dans un établissement psychiatrique

Selon un rapport publié par le journal pro-démocratie « Apple Daily », un jeune militant de Hong Kong, Andy Li, 30 ans, qui avait purgé une peine de sept mois de prison dans le sud de la Chine après avoir tenté de fuir sa ville natale avec 11 autres personnes en hors-bord, est  détenu secrètement depuis son retour à Hong Kong dans le célèbre Centre psychiatrique Siu Lam, situé à Tuen Mun. Le lieu qui bénéficie d’une sécurité maximale n’a pas bonne presse, on y dénonce notamment  » des abus présumés contre ses détenus »

30 mars Photo Andy Li  - Hong-Kong : Andy Li, activiste pro-démocratie en isolement dans un établissement psychiatrique
Photo : Andy Li, qui a purgé une peine de sept mois de prison dans le sud de la Chine après avoir tenté de fuir sa ville natale avec 11 autres personnes en hors-bord, figure sur une photo d’archive. Crédit: RFA

Andy Li a été emmené au poste de police Yuen Long de Hong Kong peu après son retour le 22 mars 2021, à la fin de sa peine de prison, et immédiatement arrêté en vertu d’une loi draconienne sur la sécurité nationale imposée à Hong Kong par le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir à partir du 1er juillet 2020.

Mais les forces de police de la ville, et plus particulièrement le Département des services correctionnels (CSD), connu sous le nom d’ »unité secrète« , ont dit à sa famille, qu’ils n’avaient aucune trace de l’endroit où il était détenu.

« Li a reçu une attention particulière parce que les autorités voulaient l’empêcher de « parler » et de révéler des détails sur son traitement en Chine continentale », a déclaré l’une des sources.

L’unité spéciale gère les détenus qui doivent être gardés séparément pour éviter le harcèlement ou les attaques, y compris les témoins sensibles ayant besoin de protection et les personnes impliquées dans des affaires de corruption très médiatisées, a-t-il déclaré. Les visiteurs des détenus placés sous ce statut doivent être approuvés par la police.

Pour le moment, d’après les informations qui sont parvenues au journal Apple Daily, Andy Li serait en bonne condition physique et semblerait sain d’esprit, bien qu’il soit détenu dans un établissement psychiatrique. Li n’a pas encore comparu devant le tribunal, car il restera en quarantaine jusqu’au 4 avril 2021.

Hong Kong manifestant pro democratie - Hong-Kong : Andy Li, activiste pro-démocratie en isolement dans un établissement psychiatrique
Hong-Kong, manifestant pro-démocratie

ACCUSATIONS

Andy Li fait face à trois chefs d’accusation, y compris « collusion avec des puissances étrangères » en vertu de la loi sur la sécurité, passible d’une peine maximale d’emprisonnement à perpétuité, ainsi que des accusations précoces liées à la possession de munitions de police usagées lors des manifestations de 2019, ainsi que de « complot pour aider un délinquant. »

La sœur de Li, Beatrice, a déclaré à RFA, qu’ils avaient essayé d’appeler l’établissement de Siu Lam après avoir lu le rapport Apple Daily, mais « en vain« . 

Beatrice Li a déclaré qu’un avocat engagé par la famille pour défendre Andy Li n’avait pas été autorisé à le rencontrer, au milieu d’informations non confirmées selon lesquelles, il avait engagé un autre avocat. « Personne ne sait s’il avait eu un avocat ou non, c’est sûr« , a-t-elle déclaré. « La seule chose que nous savons avec certitude, c’est que l’avocat que nous avons engagé n’a pas été autorisé à le contacter. »

Elle a dit que son frère avait écrit pour voir sa famille et embaucher un avocat alors qu’il était encore en prison à Shenzhen, les autorités n’ont pas donné suite à sa requête.

Le 31 décembre 2020, un tribunal de la ville de Shenzhen, dans le sud de la Chine, prononçait en son encontre ainsi que de sept autres détenus, une peine de prison de sept mois pour « franchissement illégal d’une frontière« . Ils faisaient partie d’un groupe de 12 militants de Hong Kong interceptés par les autorités à bord d’un hors-bord qui se serait dirigé vers l’île démocratique de Taiwan. Les huit ont été remis à la garde de la police de Hong Kong le 22 mars 2021, après qu’ils aient purgé leur peine.

Image dun tribunal de Hon kong - Hong-Kong : Andy Li, activiste pro-démocratie en isolement dans un établissement psychiatrique
Image d’un tribunal de Hon kong

 Autres sentences

Tang Kai-yin, considéré par le tribunal populaire du district de Yantian, ville de Shenzhen, dans le Guangdong comme étant « le principal  organisateur de la traversée illégale de la  frontière en hors-bord », a été condamné à trois ans d’emprisonnement, son collègue, un autre activiste pro-démocratie, Quinn Moon a écopé lui de deux ans pour la même accusation. Les deux militants restants ont été renvoyés à Hong Kong parce qu’ils avaient moins de 18 ans au moment de leur arrestation. Ils sont actuellement en détention provisoire à la prison de Pik Uk à Hong Kong, en attendant d’être jugés pour des accusations liées à leur tentative d’évasion.

 

DBNEWS avec RFA
30 mars 2021

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :