dimanche, avril 18, 2021
Gabon La France veut contribuer a la consolidation - Gabon : La France veut contribuer à la « consolidation » du réseau des six écoles conventionnées
Gabon

Gabon : La France veut contribuer à la « consolidation » du réseau des six écoles conventionnées


L’ambassadeur de France, Philippe Autié, reçu par le premier ministre gabonais, Rose Christiane Ossouka Raponda, ce vendredi 5 mars 2021 © DR


A sa demande, l’ambassadeur de France au Gabon, Philippe Autié, a été reçu ce vendredi par le premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda. Il souhaitait l’entretenir de la « consolidation » du réseau des six écoles conventionnées que compte le pays, processus dans lequel la France veut prendre une part active. 

Au nombre de six, réparties entre Libreville, Port-Gentil et Franceville, ces écoles, homologuées « Éducation nationale française », regroupent 2500 élèves, dont une grande majorité de Gabonais et 400 Français.

La France souhaite conclure à ce sujet un nouvel accord bilatéral avec le Gabon. « Nous devrions être en mesure avant la fin de ce semestre de signer un nouvel accord intergouvernemental franco-gabonais à ce sujet », veut croire l’ambassadeur qui s’est exprimé à l’issue de son entretien avec le premier ministre.

Ce qu’a confirmé le premier ministre gabonais sur sa page Facebook. « L’objectif commun au Gabon et à la France est de conclure à ce sujet un nouvel accord bilatéral redéfinissant les conditions de gouvernance de ce réseau et de l’assortir d’un financement dédié », a écrit Rose Christian Ossouka Raponda.

« L’éducation, une absolue priorité »

Cet accord viserait en effet à revoir la gouvernance de ce réseau d’écoles conventionnées afin notamment d’accorder un rôle consultatif à la France. En contrepartie, celle-ci s’impliquerait dans son financement. Celle-ci en particulier aurait besoin, selon le diplomate, d’une « réhabilitation mobilière ».

« La probabilité de parvenir rapidement à un accord est forte », veut croire lors des membres du cabinet de la Primature. Il faut dire que l’éducation étant considéré par le gouvernement gabonais comme « la clé du développement et de la compétitivité », selon l’expression employée par Rose Christiane Ossouka Raponda sur sa page page Facebook, il s’agissait pour elle d’« une absolue priorité ».



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :