dimanche, avril 18, 2021
1127u7uew - Mort de l’ambassadeur d’Italie en RDC : Pour sa veuve, Zakia Seddiki, « Luca a été trahi par quelqu’un qui nous est proche, proche de notre famille »
Afrique

Mort de l’ambassadeur d’Italie en RDC : Pour sa veuve, Zakia Seddiki, « Luca a été trahi par quelqu’un qui nous est proche, proche de notre famille »


De nombreuses questions demeurent après la mort, lundi 22 février, de l’ambassadeur italien dans l’attaque d’un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Le meurtre de Luca Attanasio, Ambassadeur d’Italie en RDC, suscite de vives réactions sur le plan international. L’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union Européenne (UE), les gouvernements congolais et Italien ; tous condamnent cet acte et plaident pour l’ouverture d’enquêtes. Dans le même temps, une polémique est déclenchée après ce meurtre.

Les chancelleries haussent le ton après le meurtre de Luca Attanasio, Ambassadeur d’Italie en RDC, son chauffeur et son garde du corps, ce 22 février, à quelques mètres de la ville touristique de Goma, dans la façade Est du pays.

Luca Attanasio, 43 ans, circulait lundi dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda, à bord d’un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) lorsque celui-ci a été pris dans une embuscade.

Les autorités congolaises accusent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l’est de la RDC. Mais dans un communiqué parvenu mardi à l’AFP, les rebelles des FDLR ont nié être.

L’ambassadeur, son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais du PAM, Mustafa Baguma Milambo, 56 ans, ont été tués par balles.

La veuve de l’ambassadeur italien tué dans une embuscade a évoqué vendredi 26 fevrier, dans un entretien au quotidien Il Messaggero « la trahison » d’un proche qui connaissait les faits et gestes du diplomate.

Pour sa veuve, Zakia Seddiki, « Luca a été trahi par quelqu’un qui nous est proche, proche de notre famille ». « Quelqu’un qui connaissait ses déplacements a parlé, l’a vendu et l’a trahi », a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Les circonstances de la fusillade devront être éclaircies par les enquêtes du PAM et de l’ONU à qui le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a demandé « le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives ».

Selon le ministère congolais de l’Intérieur, les autorités n’étaient pas au courant du déplacement du diplomate dans cette région. Luca Attanasio, son garde du corps italien et un chauffeur congolais du PAM sont tombés dans une embuscade à 70 km au nord de Goma. Ils ont été abattus par des hommes armés.

« Ni les services de sécurité ni les autorités provinciales n’ont pu assurer la sécurisation du convoi, faute d’informations sur leur présence dans cette région », affirme ce ministère.

Et pourtant, selon Radio France Internal ( RFI), un document semble indiquer le contraire.

Il s’agit d’une note verbale de l’ambassade d’Italie au ministère des Affaires étrangères l’informant du déplacement de l’ambassadeur Luca Attanasio dans le Kivu pour visiter la communauté italienne de Goma et de Bukavu, et demandant aux autorités de faire respecter les clauses des privilèges diplomatiques durant son séjour, dans cette partie du pays.

Marie Ntumba Nzeza, Ministre congolaise des affaires étrangères a promis que Kinshasa « mettra tout en œuvre pour découvrir qui est à la base de cette ignoble meurtre ». Dans la foulée, la ministre congolaise a rendu visite à la famille du diplomate italien.

La réaction de la police

Depuis plusieurs décennies, l’activisme des groupes armés déstabilise la province du Nord-Kivu. Après la nouvelle annonçant le meurtre de Luca Attanasio, le Commissaire provincial de la police, dans la province du Nord-Kivu, contrée ou s’est déroulée l’attaque contre le convoi du diplomate, a laissé entendre : « un ambassadeur, il vient dans une contrée, il se déplace sans que les services de sécurité ne soient au courant », a déclaré le General Aba Vang Ang, devant la presse locale.

Des propos contredits par le Représentant spécial adjoint du Secrétaire de l’ONU en RDC qui a indiqué que « Le PAM collabore avec les autorités nationales pour déterminer les détails de l’attaque, qui a eu lieu sur une route où il (le diplomate, ndrl) avait probablement obtenu l’autorisation de voyager sans escorte de sécurité », a-t-il dit. 

Le parquet de Rome a ouvert de son côté une enquête pour « séquestration de personnes à des fins terroristes », selon la presse italienne.

Le président congolais, Félix Tshisekedi, a demandé une enquête pour que les auteurs de l’attaque soient « identifiés et traduits devant la justice ».

Par Tinno BANG MBANG



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :