dimanche, avril 18, 2021
Macron ne diminue pas (encore) ses effectifs militaires au Sahel
Afrique

Macron ne diminue pas (encore) ses effectifs militaires au Sahel



Macron ne diminue pas (encore) ses effectifs militaires au Sahel

Macron ne diminue pas (encore) ses effectifs militaires au Sahel

La France ne compte pas réduire « dans l’immédiat » les effectifs de son opération antijihadiste au Sahel, baptisée « Barkhane », a affirmé mardi le président Emmanuel Macron, tout en ouvrant la voie à une baisse progressive de la présence militaire française. En janvier dernier, la ministre française des Armées, Florence Parly, avait laissé entendre le contraire.

« Des évolutions sans doute significatives seront apportées à notre dispositif militaire au Sahel en temps voulu mais elles n’interviendront pas dans l’immédiat », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Paris, à l’issue du sommet du G5 Sahel à N’Djamena, auquel il a participé par visioconférence.

« Alignement favorable »

« Il serait paradoxal d’affaiblir notre dispositif au moment où nous disposons d’un alignement politique et militaire favorable à la réalisation de nos objectifs », a fait valoir le président français, alors que Paris envisageait il y a encore quelques semaines d’amorcer un retrait dès ce début d’année en rappelant les 600 soldats envoyés en renfort au Sahel il y a un an. La force Barkhane compte pour l’instant 5100 hommes.

« Retirer massivement les hommes, qui est un schéma que j’ai étudié, serait une erreur », a-t-il ajouté. Mais « dans la durée et au delà de l’été, je souhaite qu’on travaille avec nos partenaires pour une évolution de notre présence », ininterrompue depuis huit ans au Sahel, a-t-il insisté.

Les Européens pas chauds

Paris voudrait se sortir du bourbier sahélien et compte sur une force européenne, baptisée « Takuba », pour y parvenir. Mais les Européens sont peu enclins à se rallier au projet français et seules quelques dizaines de soldats lituaniens sont sur le terrain; des Grecs, des Tchèques et des Suédois sont attendus pour le courant de cette année…

https://afrique.lalibre.be/57084/afrique-la-france-cherche-a-sortir-du-bourbier-sahelien/

« Notre objectif c’est d’arriver à 2.000 hommes sur Takuba, avec un pilier français autour de 500 hommes, dans la durée, et une coopération avec les armées de la région, avec plusieurs emprises mais à chaque fois en appui, avec des militaires qui seraient là dans la durée aux côtés des militaires sahéliens, ce qui est une logique différente de celle des opex » (opérations extérieures), a indiqué Emmanuel Macron. « Nous ne le ferons pas tout de suite mais c’est ainsi que je me projette dans la durée », a-t-il affirmé.

Cette déclaration indique-t-elle un abandon de l’espoir français de voir les armées sahéliennes (Tchad, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Mauritanie) du « G5 Sahel » atteindre un jour un niveau suffisant pour défendre elles-mêmes le Sahel contre les attaques djihadistes?

Une nouvelle réunion des chefs d’Etat du G5 Sahel aura lieu au printemps et un sommet est prévu « avant l’été » , a précisé M. Macron.

https://afrique.lalibre.be/46202/en-librairie-la-guerre-perdue-de-la-france-au-sahel/

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :