dimanche, avril 18, 2021
Analyse Gabon Les cinq criteres retenus par Ali Bongo - [Analyse] Gabon : Les cinq critères retenus par Ali Bongo Ondimba pour sélectionner les 15 sénateurs nommés
Gabon

[Analyse] Gabon : Les cinq critères retenus par Ali Bongo Ondimba pour sélectionner les 15 sénateurs nommés


Sénateurs siégeant lors de la dernière session ordinaire de 2020 © DR


Ce vendredi 26 février, la liste des 15 sénateurs nommés par le président de la République, conformément à la réforme constitutionnelle votée fin 2020, a été publiée. Ceux-ci siègeront aux côtés de leurs 52 pairs élus lors des dernières sénatoriales fin janvier-début février. Comment Ali Bongo Ondimba a-t-il procédé pour nommer ces impétrants ? Sur la base de quels critères ? Explications. 

Un calendrier bien maitrisé et un processus bien rôdé

Le numéro un gabonais a tout naturellement attendu les résultats du scrutin des dernières élections sénatoriales début février pour procéder à son choix. Ensuite, une liste de quarante-cinq candidats présélectionnés sur la base d’une série de critères (voir ci-dessous) lui a été soumis. Le chef de l’Etat a alors beaucoup consulté, puis a finalement dégagé une liste de 15 personnalités.

Critère numéro 1 : la compétence 

La réforme constitutionnelle prévoyant que désormais 15 sénateurs seraient nommés aux côtés des 52 élus avait pour principale motivation d’ »injecter » de la compétence au sein de la chambre haute alors que les dossiers abordés sont de plus en plus techniques. D’où le choix de profils très pointus dans leurs domaines (droit, économie, santé, éducation…).

Critère numéro 2 : la représentativité géographique

C’est un critère évident mais qu’il faut explicitement mentionné. Chaque province s’est vue attribuer un nombre de sénateurs supplémentaires en fonction du poids de sa population dans le pays. Trois viennent de l’Estuaire ; deux du Haut-Ogooué, de la Ngounié, de la Nyanga et du Woleu-Ntem ; un du Moyen-Ogooué, Ogooué-Ivindo, Ogooué Lolo et de l’Ogooué-Maritime.

Critère numéro 3 : la parité

Le Gabon est, aux côtés du Rwanda et de l’Ethiopie, considéré comme l’un des trois pays en Afrique subsaharienne où les femmes sont les mieux représentées dans la sphère politique. Cette fois-ci encore, le pays a fait honneur à sa réputation. Sur les 15 sénateurs nommés, 7 sont des femmes.

Critère numéro 4 : la jeunesse

En 2016, lors de sa campagne victorieuse pour un second mandat présidentiel, Ali Bongo Ondimba avait placé son futur septennat sous l’égide de la jeunesse. Une préoccupation qui se reflète dans ces nominations. Alors que la moyenne d’âge des sénateurs élus est supérieure à 60 ans, ceux des sénateurs nommés est nettement inférieures (une cinquantaine d’années en moyenne). De quoi tempérer les critiques dont font souvent preuve les secondes chambres dans le monde, souvent brocardées comme symbole d’une forme de gérontocratie. Toutefois, dans un souci d’équilibre, Ali Bongo Ondimba a tenu à équilibrer ces nominations en tenant compte par ailleurs de l’expérience, source majeure de compétence.

Critère numéro 5 : Le respect des équilibres politiques issus des dernières élections

Dans sa sélection, Ali Bongo Ondimba a dû nécessairement tenir compte de l’appartenance partisane en veillant à respecter les équilibres politiques issus des élections sénatoriales de fin janvier-début février. Ce scrutin ayant été marqué par une très large victoire du PDG, il est normal que le parti majoritaire soit celui qui bénéficie le plus de ces nominations. Sur les 15 sénateurs nommés, 13 sont issus du parti majoritaire, 1 de l’opposition et 1 est indépendant.

« Il est normal que le chef de l’Etat se conforme aux résultats issus des urnes lors des dernières élections sénatoriales. Les nominations de sénateurs n’ont pas vocation à bouleverser les équilibres politiques. Elles doivent au contraire les respecter », explique un professeur de droit constitutionnel de l’UOB qui rappelle que l’objectif de ces nominations est de « veiller à une meilleure représentativité de la société gabonaise dans toutes ses composantes et toute sa diversité (géographique, de genre, d’âge, etc.) et à un surcroit de compétence ».

Un pari, semble-t-il, totalement réussi en l’espèce.

Lire également à ce sujet notre article : « Gabon : Compétence, parité et jeunesse comme principaux critères pris en compte par Ali Bongo Ondimba pour nommer 15 sénateurs (liste complète) »



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :