dimanche, avril 18, 2021
Afriland First Bank décide d’attaquer en justice Global Witness et PLAAF devant les juridictions congolaises
Afrique

Afriland First Bank décide d’attaquer en justice Global Witness et PLAAF devant les juridictions congolaises


Les avocats de la banque Afriland First Bank affirment avoir décidé de faire citer les deux ONG Global Witness et PLAAF devant les juridictions congolaises pour des faits de recel.  Lors d’une conférence de presse organisée jeudi 25 février, l’avocat de la banque, Me Eric Moutet indique que ces deux ONG accusent les dirigeants d’Afriland First Bank de menacer physiquement un de ses deux anciens employés, condamnés pour avoir volé et falsifié des documents bancaires dont se sont servis les deux ONG.

« Au regard de ce qui se passe, au regard de cette nouvelle agression qui a été imaginée par ces ONG, nous avons décidé de les faire citer directement devant le tribunal de Kinshasa sur des faits de recel parce que dans la correspondance qu’ils nous ont écrite il y a quelques jours, les liens n’étaient jamais assurés. C’est-à-dire qu’il ne se cachent plus du fait d’avoir soutenu ces deux faussaires d’avoir récupérer toute la documentation afférente directement », se désole Me Eric Moutet.

Global Witness et son partenaire PLAAF avait publié l’an dernier un rapport mettant en cause l’opérateur économique Dan Gertler dans le pillage des ressources naturelles en RDC et de blanchiment d’argent avec une implication de la banque.

Pour Me Moutet, ces ONG produisent des rapports et « ne souhaitent jamais de la contradiction des accusations ». En accusant les autorités de la banque de menacer physiquement ses anciens employés, il parle « d’un scénario d’attaque extrêmement agressive. »

« On se retrouve à nouveau dans un scénario d’attaque extrêmement agressive non documentée, parce que ces gens-là lorsqu’ils vous interpellent, lorsqu’ils annoncent la publication d’un rapport, ils ne souhaitent jamais de la contradictoire des accusations qu’ils sont en train de porter contre vous et qui se retrouveront demain à la presse et qui vous demande de réagir par rapport à ça », fait remarquer l’avocat d’Afriland First Bank.

 



Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :