lundi, mars 1, 2021
Gabon Victime du scandale des dettes interieures fictives Emmanuel - Gabon : Victime du scandale des dettes intérieures fictives, Emmanuel Berre évincé de la Direction générale de la Dette au profit de Fernand Ngoussi Mayagah
Gabon

Gabon : Victime du scandale des dettes intérieures fictives, Emmanuel Berre évincé de la Direction générale de la Dette au profit de Fernand Ngoussi Mayagah


Emmanuel Berre a été évincé de son poste de directeur général de la Dette lors du dernier conseil des ministres © DR


La décision a été actée lors du conseil des ministres vendredi 22 janvier. Selon diverses sources gouvernementales et administratives, elle aurait un lien avec l’audit mené par la task force sur la dette intérieure qui a mis à jour plusieurs centaines de milliards de dettes fictives. 

C’est sans doute la décision individuelle la plus spectaculaire prise lors du dernier conseil des ministres ce vendredi 22 janvier (lire notre article).

Emmanuel Berre a été évincé de son poste de directeur général de la Dette. En fonction depuis le 26 février 2019, l’ancien patron de l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG), qui fut auparavant le secrétaire général de BGFIBank, a été recasé à un poste plus modeste : celui de conseiller du ministre de l’Economie, Nicole Janine Roboty.

Il fait apparemment les frais de l’audit mené par la task force sur la dette intérieure qui a mis à jour plusieurs centaines de milliards de dettes fictives (lire notre article). C’est ce qu’ont confirmé plusieurs sources, tant au gouvernement qu’au sein de l’administration.

Dette intérieure et extérieure

Emmanuel Berre est remplacé à la tête de la Direction générale de la Dette par Fernand Ngoussi Mayagah. Celui-devra travailler de concert avec la task force pour mieux gérer le dossier de la dette intérieure, ainsi qu’avec le gouvernement afin de restructurer et réduire progressivement l’endettement public afin de le rendre plus soutenable et permettre au Gabon de retrouver des marges de manœuvre pour investir, quand bien même son niveau actuel n’est pas jugé préoccupant par les institutions internationales comme le FMI. C’est l’un des grands objectifs qui est ressorti du séminaire gouvernemental qui s’est tenu en début de semaine (lire notre article).



Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.