vendredi, juin 11, 2021
Cote dIvoire lancement du processus delaboration dun modele de - Côte d’Ivoire :  lancement du processus d’élaboration d’un modèle de gouvernance des initiatives citoyennes
Afrique

Côte d’Ivoire : lancement du processus d’élaboration d’un modèle de gouvernance des initiatives citoyennes



L’Institut

© Autre presse par DR

L’Institut Delayam, Fondation pour la Citoyenneté Active a réuni, une cinquantaine d’experts issus des secteurs public, privé, universitaire, associatif pour réfléchir sur le processus d’élaboration d’un modèle de gouvernance des initiatives citoyennes.
Le 10 décembre 2020, à Abidjan,

L’Institut Delayam, Fondation pour la Citoyenneté Active a réuni, le 10 décembre 2020, à Abidjan, une cinquantaine d’experts issus des secteurs public, privé, universitaire, associatif pour réfléchir sur le processus d’élaboration d’un modèle de gouvernance des initiatives citoyennes. Cette rencontre organisée avec le concours du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a permis de jeter les bases d’un colloque international prévu pour le premier trimestre de l’année 2021 sur le thème : « Enjeux de la citoyenneté active dans la dynamique de transformation socio-économique : cas de la Côte d’Ivoire. »

D’entrée, la présidente de l’Institut, Anne-Marie Konan Payne, a indiqué que l’ambition est de contribuer au développement de la citoyenneté active par l’apprentissage de son exercice qui nécessite un cadre organisationnel, des outils et des interactions avec toutes les parties prenantes. Puis, à l’issue des travaux, elle a rassuré que toutes contributions seront prises en compte par les équipes de travail ou Team Work Building qui seront mises en place, sur le modèle « gouvernement- secteur privé et citoyen. » Celles-ci travailleront à la mise en place des outils nécessaires pour généraliser l’exercice de la citoyenneté active et assurer l’efficacité de l’action publique. Le pré-colloque a consisté de fait à restituer les résultats de plusieurs enquêtes préliminaires conduites depuis 2019 et dont les grandes lignes ont été présentées par la présidente du conseil scientifique de l’Institut Delayam, Mme Catherine Baumont Kéita. Pour sa part, la représentante résidente du PNUD, Carol Flore-Smereczniak, par la voix de Mme Georgette Zamblé, consultante en stratégie nationale genre et changements climatiques, a salué l’initiative de l’Institut Delayam dont elle a souligné la pertinence.

Le panel qui a suivi sur le thème : « Les citoyens, acteurs de la vie publique : transformer le rapport du citoyen à l’Etat », animé par trois experts, a suscité des débats enrichissants. Du sous thème : « Citoyen, citoyenneté et vie publique : cadre conceptuel », développé par Dr William Agblonon, spécialiste en développement communautaire au Centre de recherche et d’action pour la paix (CERAP), le panel retient que la notion de citoyenneté active n’est pas nouvelle ; elle date du 8e siècle. Après un moment d’extinction, elle est revenue avec une idée plus forte qui présente désormais la cité comme un espace qui participe de la définition de l’individu et de son rôle. Quant au sous-thème « Accès à l’information, aux documents publics et participation citoyenne » présenté par Brice N’guessan Ballet, représentant le président de la CAIDP, il a permis de comprendre que l’accès à l’information contribue à la démocratie participative, en permettant au citoyen d’exercer un contrôle à toutes les étapes du processus de prise de décisions publiques. Par la suite, le troisième sous-thème : « Citoyenneté et action publique locale », a été présenté par Dr Noël Tahet, directeur général adjoint de la décentralisation et du développement local. Le panéliste a souligné la nécessité de créer les conditions de la participation du citoyen à l’action publique et mis en relief les efforts entrepris en vue de relever le défi.

Ensuite, dans le cadre de Carrefours Citoyen, un des programmes de l’institut Delayam, une table ronde a été initiée sur les pratiques et initiatives citoyennes en Côte d’Ivoire. Dans ce cadre, une présentation de Paul Agénor Koffi, spécialiste en management de la qualité en durabilité et en RSE, a montré que des dispositions réglementaires existent qui encadrent l’action citoyenne des entreprises et le bénévolat en Côte d’Ivoire. Mais dans leur application, des difficultés persistent. Les goulots d’étranglement identifiés au cours des échanges, les participants ont fait des recommandations pour libérer tout le potentiel des entreprises et des associations en faveur des actions d’utilité publique.



Avec Abidjan.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :