dimanche, février 28, 2021
CongoSociete Les agents de la Sopeco revendiquent deux mois - Congo/Société : Les agents de la Sopeco revendiquent deux mois de salaires impayés
Afrique

Congo/Société : Les agents de la Sopeco revendiquent deux mois de salaires impayés



Congo/Société : Les agents de la Sopeco revendiquent deux mois de salaires impayés

BRAZZAVILLE, 21 JAN (ACI) – Les agents de la Société des postes et de l’épargne du Congo (Sopeco) ont réclamés au gouvernement, le 21 janvier, à Brazzaville, le paiement des deux mois d’arriérés de salaires impayés, d’ici la fin de cette semaine.

Ils ont fait cette revendication lors d’un sit-in, organisé dans le cadre de non-respect du  procès-verbal informel du directeur général de la police nationale (Dgpn), M. Jean François Ndengue, par la directrice générale de la Sopéco, Mme Ludovique  Mbossa Mabwere, au sujet de la promesse du paiement des mois de mai et de juin au plus tard le 31 décembre 2020. Malheureusement, cela n’a pas été pris en compte.

A ce jour, les travailleurs de la Sopéco n’ont pas perçu leurs 24 mois  d’arriérés de salaires depuis 2018, a fait savoir le secrétaire chargé à l’organisation et la mobilisation des syndicats de Sopéco, M. Alain Bothard, au cours de cette manifestation.

«En 2020 nous sommes entrés en négociation avec la Dg, pour réclamer  cinq mois de salaires sur les 24 mois impayés.  A ce sujet, la Dg avait promis  de nous payer deux mois de salaires sur les 24 mois impayés. A notre surprise, elle n’a payé qu’un mois de salaire de novembre. Pendant le mois de décembre les agents de Sopeco ont fêtés sans leurs salaires. Nous sommes arrivés au 1er janvier, elle nous a promis d’attendre jusqu’au 10 janvier, rien n’a été réalisé jusqu’aujourd’hui», a-t-il dit.

Par ailleurs, il a indiqué qu’il était en concertation avec la Dg et le Dgpn en octobre dernier, la médiation était organisée par le Dgpn, M. Jean François Ndengue. A cette réunion, ils ont discuté sur le paiement de cinq mois de salaires, la réintégration de leurs  confrères syndicalistes licenciés abusivement, la reconnaissance du bureau syndical.

Parmi les trois points précités, elle a respecté l’intégration de leurs confrères syndicalistes, mais elle n’a pas  pu payer les quatre mois qu’ils ont  revendiqués. En effet,  Elle avait promis au Dgpn de leurs payer deux mois, elle n’a payé qu’un mois.

« Nous revendiquons cette semaine à la directrice générale de la Sopéco le paiement de nos salaires, parce qu’elle n’a pas pu respecter le délai du 31 décembre », a indiqué M. Bothard, relevant qu’aujourd’hui, si nous sommes sortis pour faire ce sit-in, c’est parce que l’Etat est silencieux.

La Sopeco est une société de l’Etat, un établissement public à caractère  industriel et commercial  régie par les textes de la République. C’est  l’Etat qui doit prendre ces engagements, a-t-il relevé, regrettant le fait qu’ils ne « savent plus à quel sein se vouer. On arrive plus à payer le loyer ; l’école des enfants ». ACI/ Kesnov Medurin Ngouolali)



Avec ACI (AGENCE CONGOLAISE D’INFORMATION)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.