samedi, mars 6, 2021
Afrique: le paludisme est la maladie la plus mortelle pour les voyageurs
Afrique

Afrique: le paludisme est la maladie la plus mortelle pour les voyageurs



Afrique: le paludisme est la maladie la plus mortelle pour les voyageurs

Afrique: le paludisme est la maladie la plus mortelle pour les voyageurs

 

Un communiqué de presse de l’Institut des Maladies tropicales d’Anvers indique que 20 ans de recherches ont démontré que le paludisme est la maladie infectieuse la plus souvent mortelle chez les voyageurs de retour de pays tropicaux.

 

Les arbovirus, tels que le chikungunya et la dengue, sont de plus en plus fréquents chez les voyageurs qui tombent malades pendant ou après leur voyage. La mortalité causée par les maladies est limitée chez les voyageurs, mais c’est le paludisme qui est sa cause la plus fréquente. Ces données ressortent d’une étude d’EuroTravNet publiée dans The Lancet Regional Health – Europe après avoir étudié les cas de 100 000 voyageurs malades évalués dans des cliniques spécialisées en Europe entre 1998 et 2018. 

Nous voyageons de plus en plus loin et de plus en plus fréquemment, bien que 2020 fasse exception. Le réseau voit ainsi augmenter le nombre de voyageurs de retour de pays tropicaux et frappés de problèmes de santé. On constate parmi eux une hausse abrupte des infections par les arbovirus, transmis par les moustiques et responsables de maladies comme la dengue, le chikungunya et le zika. Entre 1998 et 2002, on trouvait des infections par des arbovirus chez 1,7% seulement des voyageurs malades. Entre 2012 et 2018, ce taux a augmenté jusqu’à 6,2%. La dengue, le chikungunya et le zika sont constatés plus souvent par suite de l’expansion mondiale des moustiques qui transmettent ces virus. Par ailleurs, les tests qui les détectent sont plus perfectionnés.

C’est la diarrhée, soit chronique, soit aiguë, qui forme le motif le plus fréquent d’une consultation médicale après un voyage tropical. Le risque de mourir d’une maladie infectieuse liée à un tel voyage est en général restreint, lorsque le diagnostic et le traitement interviennent suffisamment vite ; l’étude compte 44 décès sur un total de 100 000 cas sur une période de vingt ans. Le paludisme étant la maladie parasitaire la plus répandue chez les voyageurs de retour des tropiques, elle reste la cause de mortalité la plus fréquente.. On peut se protéger parfaitement contre le paludisme en prenant les comprimés préventifs, et si le diagnostic est posé à temps, on peut aussi en guérir entièrement.

La rage, elle, fait l’objet d’une prise de conscience grâce à laquelle les voyageurs sont de plus en plus nombreux à chercher un traitement s’ils ont été mordus par un animal durant leur voyage. Les morsures les plus fréquentes sont celles des chiens, des singes, des chats et des chauve-souris, surtout en Asie et en Afrique du Nord. En Belgique, l’Institut des Maladies tropicales d’Anvers et le ministère belge de la Défense raccourcissent le schéma de vaccination contre la rage; dorénavant, les voyageurs ne recevront que deux vaccinations en sept jours, au lieu de trois en 28 jours.  C’est le schéma recommandé par l’Organisation mondiale de la santé.

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.