samedi, mai 15, 2021
Présidentielle au Ghana: cinq morts dans des violences électorales
Afrique

Présidentielle au Ghana: cinq morts dans des violences électorales



Présidentielle au Ghana: cinq morts dans des violences électorales

Présidentielle au Ghana: cinq morts dans des violences électorales

Le Ghana attend les résultats des élections présidentielle et législatives dans un climat de tension marqué par des violences, qui ont fait au moins cinq morts et 17 blessés depuis lundi. Le ton monte entre les deux principaux candidats. Depuis le jour du vote, « 21 incidents violents liés directement aux élections » ont éclaté, a affirmé la police ghanéenne dans un communiqué et sur son compte Twitter.

Six de ces incidents ont impliqué des coups de feu, provoquant la mort de cinq personnes et 17 blessés.

Ces violences ont éclaté lundi, jour du vote, et mardi, alors que le dépouillement se poursuivait dans les différentes régions du pays.

Les résultats du scrutin n’étaient pas encore connus mercredi midi, et le ton se durcissait entre les deux principaux candidats, qui s’accusaient mutuellement d’être « anti-démocratiques » ou de « jouer un jeu dangereux ».

La commission électorale du Ghana a de son côté appelé le pays être « patient » et a publié les résultats de 7 régions sur 16, plaçant le candidat de l’opposition John Mahama, 62 ans, leader de l’opposition, du Congrès national démocratique (NDC), en tête devant le président sortant Nana Akufo-Addo, 76 ans, candidat pour le Nouveau parti patriotique (NPP), en lice pour un second mandat.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a appelé les deux candidats à « préserver la paix » et les institutions à « poursuivre leur travail avec transparence et professionnalisme ».

Les élections s’étaient déroulées lundi globalement dans le calme, hormis quelques incidents mineurs. Le scrutin avait même été salué comme un exemple en Afrique de l’Ouest par les observateurs internationaux.

Trois jours avant le scrutin, le président et son prédécesseur avaient signé un « pacte de paix » les engageant à ne cautionner aucune violence lors du vote et à la proclamation des résultats.

Ces deux vieux adversaires politiques s’affrontent pour la troisième fois, avec lors des deux précédents scrutins des résultats serrés. En 2012, M. Mahama l’avait emporté avec 50,7% des voix, puis en 2016 ce fut M. Akufo-Addo avec 53,8%.

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :