10 décembre : Au Gabon, la Journée internationale des droits de l’Homme est avant tout celle de la Femme
Gabon

10 décembre : Au Gabon, la Journée internationale des droits de l’Homme est avant tout celle de la Femme


Le gouvernement gabonais est l’un des plus féminisés d’Afrique. Au premier plan, la nouvelle ministre de l’Economie, Jeanine Roboty, s’entretient avec le président Ali Bongo. Au second plan, le premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda. Photo prise ce jeudi 10 décembre 2020 à Libreville © DR


Ce jeudi 10 décembre, Journée internationale des droits de l’Homme, coïncide avec la fin de l’édition 2020 de la campagne « 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes ». Une cause prioritaire au Gabon, pays considéré en Afrique subsaharienne comme l’un des trois plus exemplaires en matière de promotion du droit des femmes. En témoignent les nombreuses réactions à cette occasion sur les réseaux sociaux des personnalités les plus importantes du pays. Florilège. 

« Cette Journée internationale des droits de l’Homme marque dans le monde la fin de «  16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes ». Au Gabon, nous ne ménagerons aucun effort pour éradiquer un phénomène qui est une honte pour notre Humanité », a tweeté dès le matin le président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Sur Twitter toujours, la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba, très impliquée dans le combat en faveur de l’égalité femmes-hommes, a indiqué que « notre campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (menée dans le cadre de sa Fondation, NDLR) touche à sa fin. Parce qu’il reste tant à faire en la matière, l’égalité femmes/hommes est un combat que nous devons mener au quotidien », a-t-elle insisté avant de rappeler dans un autre tweet qu’ « en octobre dernier, le Gabon a été élu membre du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. La reconnaissance (selon elle) d’un travail continu en faveur de l’#égalité pour tous qui doit nous inviter à poursuivre nos efforts. »

Sur son compte Twitter, Sylvia Bongo Ondimba a retweeté le message de son fils, Noureddin Bongo Valentin. « Ce que nous faisons #PourElles, nous le faisons #PourNous. Promouvoir l’égalité femmes-hommes et lutter contre les violences faites aux femmes, c’est œuvrer au développement. Merci au président Ali Bongo Ondimba pour son volontarisme et à la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour son rôle moteur. #16jours #Gabon », a tweeté, avec un sens consommé de la formule celui qui est depuis un an le coordonnateur général des affaires présidentielles.

Des messages appuyés par Jessye Ella Ekogha, le deus ex machina de la communication au Gabon. « En matière d’égalité femmes-hommes, le #Gabon est dans les 3 1ers pays en Afrique. Le fruit d’un volontarisme politique au plus haut niveau (le President Ali Bongo Ondimba) et du dynamisme de la société civile (via not. la Fondation Sylvia Bongo Ondimba). Nous voulons et irons encore plus loin #16jours #PourElles », a tweeté le porte-parole et directeur de la communication de la présidence de la République. 

Enfin, les membres du gouvernement n’ont pas été en reste. Nombreux sont ceux à être allé de leur message sur Facebook ou Twitter, à commencer par la première d’entre eux, Rose Christiane Ossouka Raponda. « Politique, administration, économie… Au #Gabon, les femmes exercent partout les plus hautes fonctions. Nous le devons au volontarisme du président Ali Bongo Ondimba, qui a décrété en 2015 la « Décennie de la femme », mais aussi à l’implication décisive de Sylvia Bongo Ondimba. #PasDeHasard #16jours », a tweeté le premier ministre, très présente sur le réseaux sociaux et qui incarne à la perfection la montée en puissance des femmes dans la vie politique gabonaise.





Avec LaLibreville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.