lundi, janvier 25, 2021
RDC : Félix Tshisekedi pour une nouvelle dynamique propre à l’accompagner
Afrique

RDC : Félix Tshisekedi pour une nouvelle dynamique propre à l’accompagner


RDC : Félix Tshisekedi pour une nouvelle dynamique propre à l’accompagner

Prévues pour être clôturées le 8 novembre, les consultations politiques et sociales entamées depuis le 2 novembre par Félix Tshisekedi sont toujours en cours dix jours plus tard; un indice du degré de préparation de l’opération, qui ne laisse pas d’inquiéter

La refondation de l’action gouvernementale autour des principes de participation à la gestion du pays, soit une nouvelle dynamique propre à l’accompagner durant le reste de son mandat, c’est ce que souhaite le président congolais, Félix Tshisekedi.

Un  processus qui a soulevé beaucoup d’espoirs dans la population congolaise qui, fin 2018, voulait en finir avec 18 ans de pouvoir Kabila mais qui se rend compte aujourd’hui qu’en fait elle en a repris pour cinq ans.

Joseph Kabila et Félix Tshisekedi ayant passé un accord secret passé, qui accordait au second la Présidence de la République en échange du pouvoir législatif pour le premier, accord présenté comme une « alternance » au sommet de l’Etat, est en effet rapidement apparu comme un piège pour le plus néophyte des deux protagonistes.

Comme dans le mythe de Faust – qui avait vendu son âme au diable en échange de 12 années durant lesquelles Lucifer mettrait sa puissance au service de cet homme – Félix Tshisekedi s’est rendu compte qu’il n’a que l’apparence du pouvoir, pas sa réalité.

Pour se débarrasser de la puissance de Kabila, il est appelé à violer les règles écrites. Et quelle légitimité a-t-il pour le faire, n’ayant pas plus été élu que les députés pro-Kabila qui ont une large majorité dans toutes les assemblées législatives du pays?

Faut-il rappeler que la Ceni (Commission électorale nationale indépendante; acquise à Kabila) n’a jamais fourni les résultats détaillés des élections de 2018, alors que les comptages parallèles de ceux-ci, effectués par l’Eglise catholique et des ONG, donnaient perdants Tshisekedi et le candidat kabiliste, et la victoire à Martin Fayulu.

Bien sûr, Félix Tshisekedi pourrait avoir lancé ce processus de consultations pour réveiller à son profit le fort sentiment anti-Kabila des Congolais. Il laisse ainsi le président ad interim de son parti, Jean-Marc Kabund, « annoncer officiellement » que « la coalition n’aura plus lieu ». Rouler ainsi des biceps attise certainement les passions des foules mais que faire de celles-ci ensuite?

De nouvelles élections? Il n’y a toujours pas de nouvelle Ceni pour les organiser. Et pour dissoudre l’Assemblée en place, le Président doit avoir le contre-seing du Premier ministre, un kabiliste.

Acheter des députés à son profit?

Félix Tshisekedi a-t-il l’argent pour le faire alors que les budgets sont pulvérisés par les dépenses indues, que les prévisions économiques annoncent une chute de 25% des rentrées de la RDC en 2021 et que Joseph Kabila a accumulé les richesses durant ses 17 ans à la Présidence?

Les consultations du chef de l’Etat peuvent-elles accoucher de changements purement cosmétiques, pour donner le change? Le Congo serait-il sur la voie de nouvelles confrontations violentes? Wait and see !

lIRE aussi: La solution congolaise viendra t-elle de la communauté internationale?

 

 



Avec Afric Telegrah

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.