samedi, novembre 28, 2020
Afrique

Une dizaine de personnes détenues sans jugement dans des prisons secrètes


Le communiqué du Secrétaire à l’encadrement et à la formation aux droits de l’Homme de la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (Ctddh)  informe de détentions en secret des personnes depuis plus de trois ans dans l’une des prisons secrète de l’Agence Nationale de Sécurité (Ans).

Ce sont des personnes présentées par l’organisation comme étant des prisonniers politiques ou de guerre, dont la majorité n’a pas été présentée devant un sujet. Ces personnes qui, d’après la Ctddh sont détenues dans l’une des geôles de l’Ans, située à proximité des locaux de la Direction de la dette, sont gravement malades. ‘Ces détenus au secret sans soins vivent ainsi dans des conditions indescriptibles et infrahumaines. Certains d’entre eux risquent tout simplement de perdre la vie ou porteront des séquelles irréversibles si une action urgente n’est pas menée », prévient la Ctddh qui exige qu’elles soient transférées dans des prisons légalement reconnues et immédiatement présentés à un juge et doivent bénéficier de l’assistance des avocats.

Qui sont ces personnes ?

Il s’agit entre autres de:

Al Hadj Oumar Abakar, transféré de Korotoro depuis le 1er juillet 2017 demeure jusqu’à ce jour sans jugement et sans soins malgré qu’il a le diabétique. Abdou Sari Sérimi, arrêté lui le 17 décembre 2017. Il est sans jugement et souffre de tuberculose osseuse. Abdou Sari Sérimi est d’après la Ctddh très amaigri et a du mal à se tenir debout.Mahamat Ali Tidjani, présenté comme ex opposant de l’Ufr rallié au régime en 2017 souffre d’un début de paralysie des membres inférieurs. Il est lui aussi sans jugement depuis son arrestation.

Adam Abba Ali qui souffre de la tuberculose est arrêté l’année dernière et est sans jugement.

Abdéramane Abdérahim arrêté lui aussi l’année dernière reste comme les autres sans jugement. Yahya Youssouf, un ex élément de l’Ufr arrêté en 2018. Mahamat Abakar Bouba, soupçonné de trafic d’armes et arrêté au début de l’année en cours reste sans jugement. Ousmane Teguen, ex membre de l’Ufr arrêté en 2018 et certes jugé mais il a presque perdu la vue. Mahamat Timan Erdimi est dépressif depuis une année et l’état nécessite selon la Ctddh des soins psychologiques. Mahamat Grema arrête cette année mais reste dans les geôles de l’Ans sans jugement. Et enfin, Kamougué Koreimi Hassane, ex membre de l’Ufr, jugé en 2018 mais qui a la diarrhée chroniques et faiblesse physique.

Stanyslas Asnan



Avec LePaysTchad

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.