samedi, novembre 28, 2020
RDC: 23 morts (deux soldats et 21 miliciens) tués dans des combats en Ituri
Afrique

RDC: 23 morts (deux soldats et 21 miliciens) tués dans des combats en Ituri



RDC: 23 morts (deux soldats et 21 miliciens) tués dans des combats en Ituri

RDC: 23 morts (deux soldats et 21 miliciens) tués dans des combats en Ituri

Deux militaires et vingt-et-un miliciens ont été tués en trois jours de combats entre l’armée et une milice dissidente réfractaire au processus de paix en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris lundi de l’armée. L’offensive des forces armées de la RDC (FARDC) contre la position de la milice Armée de libération du Congo (ALC), l’aile dissidente du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) dans la chefferie de Walendu Tatsi, à l’est de Bunia, a débuté vendredi après plusieurs attaques des miliciens.

« Le bilan de ces opérations fait étant de 21 éléments de Codeco/ALC neutralisés (tués), plusieurs blessés évacués dans leur suite », ainsi que deux militaires « tombés sur le champ de bataille et quatre autres blessés », a déclaré à la presse le lieutenant-général Philémon Yav, commandant de la troisième zone de défense qui couvre toute la partie est et nord-est de la RDC.

L’officier a appelé à une « parfaite collaboration » de la population, en assurant que « la partie Est de la ville de Bunia est sous contrôle » des forces loyalistes.

Il a encouragé les autres groupes de Codeco favorables au processus de paix et signataires d’acte d’engagement unilatérale de cessation des hostilités « d’éviter toute manipulation politicienne ».

Samedi et dimanche, un mouvement de la population qui fuyait les affrontements était observé à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri (nord-est).

La milice Codeco est une organisation mystico-militaire qui prétend défendre les Lendu, une communauté locale de l’Ituri et ses miliciens sont à l’origine de la plupart des violences actuelles, d’après les Nations unies et les autorités congolaises.

Ils sont tenus responsables des violences qui ont tué des centaines de civils d’autres communautés (Hema et Alur).

Un conflit communautaire avait fait des dizaines de milliers de morts en Ituri entre 1999 et 2003.

Lors de ce conflit, les membres des communautés Lendu et Hema s’étaient entretués par milices interposées jusqu’à l’intervention en 2003 d’une force européenne, Artémis, sous commandement français.

Les violences ont repris en décembre 2017 dans la partie nord de l’Ituri, région riche en or, frontalière de l’Ouganda et du Soudan du Sud.

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.