jeudi, janvier 21, 2021
Kasaï : les mèches de cheveux et le carnet retrouvés sur Vincent Manga appartiendraient «vraisemblablement» à l’un des deux experts tués
Afrique

Kasaï : les mèches de cheveux et le carnet retrouvés sur Vincent Manga appartiendraient «vraisemblablement» à l’un des deux experts tués


Les mèches de cheveux et le carnet retrouvés dans les effets saisis sur Vincent Manga lors de son arrestation appartiendraient « vraisemblablement » à l’un des deux experts de l’ONU tués en mars 2017 au Kasaï. C’est ce qu’a révélé ce jeudi 29 octobre le ministère public au cours de l’audience devant la cour militaire de l’ex-Kasaï-Occidental, qui juge les présumés meurtriers de ces experts.

Compte-rendu d’audience

Dès le début de l’audience, le ministère public s’intéresse une nouvelle fois aux effets retrouvés sur Vincent Manga lors de son arrestation en mars 2018. Des mèches de cheveux et un carnet font partie des objets trouvés sur le prévenu.

«Dans ce carnet, il y avait des écrits. Et même un nom et une adresse du propriétaire. Le carnet et les mèches de cheveux appartiennent à une même personne», fait savoir le ministère public.

Le général Muwau laisse entendre que ces deux objets appartiendraient vraisemblablement à l’un des deux experts de l’ONU exécutés le 12 mars 2017 au Kasaï.

«Si Manga ne vous dit pas auprès de qui il les avait obtenus, donc c’est lui qui avait coupé les cheveux, c’est lui qui avait arraché le carnet», déclare le ministère public, s’adressant à la Cour.

Face aux dénégations du prévenu, le général Muwau demande alors à Vincent Manga de dire à la cour auprès de qui il a obtenu ces objets.

Au sujet des mèches de cheveux, le prévenu reprend le récit relaté lors des deux précédentes audiences, où il affirmait que c’est Jean Bosco Mukanda qui les lui avait remises en présence de Trésor Mputu au mois de mai 2017.

En ce qui concerne le carnet retrouvé sur lui, Manga soutient l’avoir acheté auprès de Kabongo Gérard qu’il présente lui-même comme étant l’un des leaders de la milice de Moyo Musuila, où les experts avaient été tués. Selon lui, dans ce carnet étaient mentionnées des formules pour l’élaboration des fétiches.

 



Avec Radio Okapi

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.