Gabon : Le soutien total d’un opposant Alexandre Barro Chambrier à l’Eglise
Afrique

Gabon : Le soutien total d’un opposant Alexandre Barro Chambrier à l’Eglise


Gabon : Le soutien total d’un opposant Alexandre Barro Chambrier à l’Eglise

La mise en garde d’Alexandre Barro Chambrier sur une probable expédition punitive du régime d’Ali Bongo contre l’église, a été prise au sérieux. Les catholiques du Gabon se sont rendus nombreux à leurs différentes paroisses.

Le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) avait, à l’occasion de la conférence de presse du vendredi 23 octobre 2020, mis en garde le pouvoir en place contre toute velléité de recours à la force pour entraver l’ouverture des lieux de culte, le 25 octobre 2020.

Alexandre Barro Chambrier a apporté son soutien total à l’Eglise dans la lutte pour le respect de leur indépendance, le libre exercice de leurs ministères ainsi que la libre pratique de leur foi dans leurs lieux de culte. Il n’a pas manqué de souligner que le pouvoir sera tenu pour responsable de tout débordement.

Tout comme on peut le constater, le pouvoir en place a évité toute velléité de recours à la force à la réouverture des églises. Les chrétiens catholiques ont été accueillis devant chaque paroisse par les différents curés accompagnés de leurs vicaires. Outre la récitation d’une dizaine d’Ave Maria, il y avait la proclamation de l’évangile (pas d’homélie), avant l’envoie et la bénédiction des fidèles avec le Très Saint Sacrement.

Barro Chambrier avait-il raison de dire que le pouvoir ne peut pas tout régenter, tout imposer et mener le peuple à la baguette ? Dans un Etat démocratique, selon lui, le pouvoir doit pouvoir entendre et  écouter, échanger et reconnaître, le cas échéant, ses erreurs et être en mesure de reculer au risque de créer un raz-le bol préjudiciable au pays.  Sauf que le pouvoir autiste s’enfonce dans une logique de déni de la réalité.

Barro Chambrier fait observer que le pouvoir s’immisce, au mépris de la séparation de l’Etat et de l’Eglise dans l’organisation de la liturgie en fixant à un jour par semaine la célébration des cultes, en exigeant des fidèles le paiement de la dîme et des offrandes par voie électronique et en interdisant la distribution de la communion qui constitue une phase essentielle du culte dans la foi catholique.

Par ailleurs, le président du RPM a fustigé les incohérences du régime ; « Le gouvernement a fixé à 30 minimum le nombre de personnes admises à prendre part à un office religieux (…) en faisant valoir les risques de contamination encouru dans les espaces fermés alors que par ailleurs, il tolère la présence d’un nombre plus élevé de personnes dans les marchés, dans les hémicycles de l’Assemblée nationale et du Senat, dans les salles de classe, les amphithéâtres, les supermarchés, les gares, les aéroports…

   Alexandre Barro Chambrier : « Notre pays a un urgent besoin de se réconcilier pour apaiser le climat »

 

 



Avec Afric Telegrah

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.