vendredi, décembre 4, 2020
France-Gabon : La fragilisation de la France Insoumise, accusée de « complicité intellectuelle » avec le terrorisme, fait perdre à Jean Ping son dernier levier d’influence à l’extérieur
Gabon

France-Gabon : La fragilisation de la France Insoumise, accusée de « complicité intellectuelle » avec le terrorisme, fait perdre à Jean Ping son dernier levier d’influence à l’extérieur


La complaisance de Danielle Obono avec certains courants de pensée est désormais très largement critiquée © DR


Après le dramatique attentat de Conflans-Sainte-Honorine qui a abouti à la mort atroce d’un professeur d’Histoire-Géographie, Samuel Paty, les langues se délient en France. Ceux qui depuis des années, voire des décennies, ont prêché la haine de la France, qu’ils soient islamistes, indigénistes ou gauchistes, sont particulièrement pointés du doigt pour avoir permis l’installation d’un climat de haine. C’est le cas notamment de La France Insoumise (LFI) directement mise en cause ce matin sur une grande radio par le ministre français de l’Education nationale. 

« Je pense à la complicité intellectuelle du terrorisme. Notre société a été trop perméable (…) à l’islamo-gauchisme et qui fait des ravages à l’université, dans les rangs de La France Insoumise », a dénoncé le ministre français de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, sur une grande radio hexagonale, Europe 1 (écouter son interview).

Des propos qui rejoignent d’innombrables voix qui n’hésitent plus à dénoncer les effets pervers sur la société française de ce courant de pensée, très complaisant avec l’islam radical mais qui prêche également la haine à l’égard de la police, à commencer par celle de l’avocat du journal satirique Charlie Hebdo.

« Ce sont les mêmes qui depuis vingt ans utilisent cette arme de destruction massive de notre République que sont les accusations d’islamophobie, la victimation, la culpabilisation permanente », avait dénoncé en début de semaine Me Malka sur une autre grande radio française (lire notre article).

Et de poursuivre : « Ce sont les mêmes qui ont manifesté le 10 novembre dernier à l’appel du Collectif contre l’islamophobie en France, détaille l’avocat de Charlie Hebdo. Ce sont les mêmes qui nous insultent d »islamophobes’ dès que l’on dénonce le fanatisme religieux. Ce sont les mêmes qui empêchent les gouvernements d’agir depuis vingt ans en les accusant, en les tétanisant », avait-il déclaré, révulsé, avant de lâcher une formule, désormais reprise partout : « On ne peut pas être en même temps Obono et Charlie Hebdo. »

Un réquisitoire en règle de l’entrisme des courants islamistes et indigénistes au sein de La France Insoumise.

Le débat qui a lieu en France aujourd’hui n’est pas sans conséquence au Gabon. Danielle Obono, l’une des figures de La France Insoumise et de l’indigénisme en France, est l’une des égéries de la frange radicale de la diaspora gabonaise en France, mais également la courroie de transmission des préoccupations des opposants gabonais au sein du Parlement français, à commencer par Jean Ping qui régulièrement sollicite ce parti pour en faire son porte-voix dans la dénonciation du pouvoir gabonais (lire notre article).

La complaisance, voire la « complicité intellectuelle » avec le terrorisme de LFI, aujourd’hui dénoncée et exposée au plus haut-niveau par la quasi-totalité de la classe politique française, fait perdre tout crédit à ce qui était probablement le dernier levier d’influence du patron de la CNR à l’international.



Avec LaLibreville

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.