lundi, novembre 30, 2020
Congo/Politique : La démocratie, une consultation permanente des dirigés  par les gouvernants, dixit Bonaventure Mbaya
Afrique

Congo/Politique : La démocratie, une consultation permanente des dirigés  par les gouvernants, dixit Bonaventure Mbaya



Congo/Politique : La démocratie, une consultation permanente des dirigés  par les gouvernants, dixit Bonaventure Mbaya

BRAZZAVILLE, LE 21 SEPT (ACI) – Le président de la Convergence citoyenne et coordonnateur du Réseau international socialiste et de l’Alliance progressiste internationale,  M. Bonaventure Mbaya, a défini récemment la démocratie comme une consultation permanente de ceux qui sont dirigés par ceux qui dirigent.

Il a donné cette définition au cours d’une interview qu’il a accordée à ‘’La Brève online’’ et à l’Aci, lors de la commémoration de la Journée internationale de la, démocratie, célébrée le 15 septembre de chaque année. A cette occasion il a rappelé les principes de la démocratie en ce troisième millénaire que le monde vient de  débuter.

Sur la conception de la démocratie dans le contexte actuel, M. Mbaya a fait savoir que le sujet sur ce système politique est un problème capital pour les sociaux-démocrates  à travers le monde et le continent africain. «En tant que coordonnateur du Réseau au niveau de l’Afrique centrale, ce thème est  important pour l’avenir  politique du continent africain», a-t-il dit.

Donnant l’étymologie du mot démocratie, il a rappelé que ce terme vient de deux mots grecs, à savoir ‘’démos’’, qui veut dire peuple, et ‘’cratos’’,  qui signifie  pouvoir. Ainsi, il a soutenu qu’il s’agit d’un problème d’exercice du pouvoir par le peuple et du pouvoir du peuple. «Cette notion a été mise en place par Aristote en Grèce au 5ème  siècle  avant Jésus. Je veux dire que c’est un vieux système dans l’histoire de l’humanité. Le système  démocratique a une responsabilité de fixer les conditions et les modalités d’accès et de succession au pouvoir. Il consiste à bannir la violence du champ politique», a-t-il expliqué.

Partant de cette explication, il a rappelé que ce n’est que par ce système que le peuple exerce son pouvoir et son choix sur celui qu’il a désigné pour être le détenteur du pouvoir. Ainsi, il a souligné que cette désignation se passe par les votes et les élections qui sont le sous-bassement du système démocratique. Ceux-ci doivent se dérouler dans un climat consensuel entre toutes les composantes de la nation.

Donnant son appréciation de la démocratie en Afrique, M. Mbaya a parlé d’un acquis qui demeure encore faible, étant donné que tous les pays africains ont été créés par les puissances coloniales qui ont encore une emprise sur ces Etats. A ce propos, il a rappelé que chaque pays européen avait acquis une portion du continent africain et y avait envoyé des gens pour délimiter leurs zones d’influence.

A son avis, cette délimitation a sectionné les royaumes qui étaient en Afrique, indiquant que l’Union africaine (Ua) a voulu récupérer toutes ces erreurs liées à la colonisation en adoptant le principe de l’intégration sous régionale. «Ce principe va permettre la réunification des peuples de chaque sous-région qui, lorsqu’on regardera dans leur histoire, appartenait à ces derniers avant l’arrivée des colons. Donc, aujourd’hui, la démocratie est affaiblie à cause de la réalité sociologique qui compose les nations africaines. Aujourd’hui, les dirigeants ont fragilisé la démocratie en l’ethnicisant.

Pour ce qui est du bon fonctionnement de la démocratie dans certains pays, il a fait savoir que dans ces pays, les dirigeants ont réussi à intégrer la culture et les traditions avec le volet de la modernité qu’apporte la démocratie. A titre d’exemple, il a cité entre autres le Ghana et le Sénégal.

Dans la perspective d’une démocratie viable dans les pays francophones et anglophones de l’Afrique, un observateur joint au téléphone, ayant requis l’anonymat, a suggéré la configuration d’une nouvelle classe politique constituée d’hommes crédibles. «Il y a un manque de confiance des populations envers certains gouvernants, alors qu’il y a des concitoyens capables de diriger l’Afrique de demain.

M. Bonaventure Mbaya est un ancien ministre congolais. Il a dirigé les ministères de la Recherche scientifique ainsi que de la Jeunesse et des sports. (ACI/Gigie Pambou)



Avec ACI (AGENCE CONGOLAISE D’INFORMATION)

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.