lundi, août 10, 2020
Afrique

Des femmes formées en technique de conservation des poissons frais


La ministre de la formation professionnelle et des petits métiers  Chamsal Houda Kadadé a présidé ce lundi 6 juillet 2020 à la maison nationale de la femme,  la cérémonie d’ouverture de l’atelier  de formation des femmes vendeuses  poissons frais en techniques de conservation  et de la commercialisation.
Elles viennent des dix arrondissements  de N’Djamena pour se faire former en techniques de conservation et de la commercialisation  des poissons frais. Selon la directrice de la formation professionnelle et des apprentissages Aissatou Oumarou Ibrahim, la vente de poisson relève en grande partie du secteur informel et  constitue une activité économique  non neglisgeable dans la vie professionnelle  des vendeuses des poissons. « Dans le souci d’encadrer cette activité, ce projet est initié en vue d’accompagner la femme tchadienne  dans ses efforts d’entreprendre », explique-t-elle.
Pour le coordonnateur de l’Agence turque  de coopération et de coordination la Tika, par ailleurs l’initiateur du projet, Melih Mucahid Ates, « nous voulons à travers ce projet faire un don de 100 kiosques mobiles  aux femmes  vendeuses des poissons frais  afin de leur faciliter la vente de leurs poissons dans des bonnes conditions hygiéniques ».
Selon l’Ambassadeur de la Turquie au Tchad  Kemal  Kaygisiz, ce projet réalisé conjointement par le ministère de la formation professionnelle et des petits métiers et la Tika est la résultante de la bonne volonté de son pays à aider le Tchad à se développer dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus.  « Il est essentiel de soutenir et d’encourager les projets de développement qui sont les acteurs le plus important dans le développement de notre pays. Elle contribue au développement des activités économiques et à la prospérité de la population, ce projet touche un domaine qui est primordial, la pèche », explique-t-il.
La donation de ces chariots de poisson équipés va, d’après le diplomate türk contribuer à la relance économique  en faveur de femmes vendeuses des poissons frais, à la valorisation de produits locaux et l’amélioration des régimes alimentaires dans les communautés ».
Pour la ministre de la formation professionnelle et des petits métiers, Chamsal Houda Kadadé, le Tchad est l’un des pays sahéliens à disposer d’importantes pêcheries et de potentiels halieutiques pouvant contribuer à la sécurité alimentaire et à la croissance de l’économie nationale. «  Les superficies totales des pêcheries varient de 24.000 à 70.000 km2 suivant les années hydrologiques. Sa valeur ajoutée à la production tourne autour de la moyenne de 21,564 milliards de francs Cfa dont 4,607 milliards proviennent des poisons frais et les 16,956  milliards de francs Cfa des poissons séchées et fumés entre 2000 et 2005 », a-t-elle informé. Pour elle, ce projet s’insère dans la stratégie nationale de réduction de la pauvreté dont les priorités sont la restrictions et la sauvegarde des écosystèmes.
Nguelsou Balgamma



Avec LePaysTchad

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.