vendredi, juillet 3, 2020
Lomami : forte présence des militaires à Mwene-Ditu
Afrique

Lomami : forte présence des militaires à Mwene-Ditu


Lomami : forte présence des militaires à Mwene-Ditu

Une forte présence militaire est observée depuis bientôt une semaine dans la ville de Mwene-Ditu, à 132 km de Mbuji- Mayi. D’après le maire Fidelie Kabinda, ces militaires en tenue des FARDC proviennent de la formation militaire au centre de Kamina, dans la province du Haut- Lomami. Depuis leur arrivée à Mwene-Ditu, certains se livrent à la mendicité et d’autres à l’extorsion des biens tels que les téléphones des paisibles citoyens.

Le maire de la ville déclare pour sa part que ces présences non justifiées constituent une charge pour son entité :

« Ils sont presqu’en divagation. C’est à dire qu’ils se sont retrouvés en dehors de leur site au niveau de Kamina. Selon eux, leur hiérarchie leur a demandé de se rechercher parce qu’au niveau de leur centre, il n’y a pas de prise en charge. C’est ainsi que chaque jour ici, nous sommes obligés d’interperller un groupe, on donne un peu quelque chose. Pour le moment, ils ont meme mis leur tenue de côté il y a en qui passe vers le Kasai Oriental, Kasai Central. Ils sont partout, ils sont en divagation ».

Fidelie Kabinda affirme avoir fait le rapport à la hiérarchie au niveau de Kabinda. Et la province à son tour renseigne avoir fait son rapport au niveau de Kinshasa. Pour lui, ces militaires créent l’insécurité à Mwene-Ditu.

« Nous avons fait par rapport à notre hiérarchie au niveau de Kabinda. Kabinda nous a informé qu’il a déjà fait rapport au niveau de Kinshasa. Donc on attend. Nous on ne sait pas ce qui s’est passé à Kamina. Ce sont les nouvelles recrues qui ont fini leur formation.  Ils sont en tenue. Ils ne sont pas en bonne santé. Même à Mbuji- Mayi, ils sont déjà là », a-t-il déploré.

Le maire de Mwene-Ditu précise que ces militaires qui sont pour la plupart malades, sont arrivés sans ordre de mission, ni feuille de route. Pour lui, leur présence constitue une insécurité et une charge pour la ville.  



Avec Radio Okapi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.