vendredi, juillet 3, 2020
‘’Je voudrais que les décideurs fassent preuve de bon sens’’, Carine Mickala
Gabon

‘’Je voudrais que les décideurs fassent preuve de bon sens’’, Carine Mickala


Libreville,
24 Juin 2020 (Infos Gabon) – Les députés ont voté mardi la loi sur la
dépénalisation de l’homosexualité au Gabon. Le sujet est au centre d’une grande
polémique actuellement à Libreville et à l’intérieur du pays. Mme. Carine Mickala,
que nous avons rencontrée, nous donne son sentiment dans cette interview.

Infos Gabon: Quelle est votre
appréciation à suite du vote de la loi sur la dépénalisation de l’homosexualité
au Gabon ?

Carine Mickala : J’ai
été choqué et déçue d’apprendre que notre pays puisse dépénaliser
l’homosexualité. Quelque chose qui n’a aucune existence historique dans nos
traditions. Les homosexuels pouvaient vivre leur union en toute discrétion, par
respect de nos us et coutumes, cette loi ne vient que réconforter les auteurs
dans leur élément. Nos valeurs culturelles ont déjà du mal à être transmises à
nos enfants, et voilà que l’homosexualité vient s’ajouter, ce qui rend les
choses encore plus difficiles.

Infos Gabon: Quelles sont vos
craintes ?

Carine Mickala : Je
crains que cette dépénalisation face plutôt la promotion de l’homosexualité. Je
crains le fait que nos enfants pourront penser que les hommes peuvent se marier
entre eux, également les femmes entre elles. Je crains que nos enfants ne
comprennent plus les valeurs que nous voulons leur transmettre, qu’ils soient
influencés par des relations qui sont fortement condamnées par la bible et le
Coran.

Infos
Gabon: Le préambule de la constitution gabonaise affirme solennellement son
attachement aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, comme l’exige
les institutions internationales. N’est-ce pas pour réparer cette injustice que
cette dépénalisation a été voté ?

Carine Mickala : Le
Gabon ne retire aucun avantage en faisant plaisir à ces institutions. On ne va
pas s’arrimer à des choses contrenatures juste pour faire plaisir au reste du
monde. Il en va de l’image du Gabon et de l’Afrique par extension. Lorsqu’on
interroge l’histoire, je ne pense pas qu’il y ait dans nos geôles des personnes
arrêtées pour leurs tendances sexuelles. Même si l’homosexualité est devenue
aujourd’hui un effet de mode, on a également au sein de nos familles des frères
et sœurs qui en font partie, on n’ose pas en parler par pudeur. Je pense que
cette loi n’est pas d’actualité au regard de la situation actuelle, je trouve
que c’est faire dans la diversion.

Infos Gabon: Quelles peuvent
être les conséquences dans cette liberté du choix de son partenaire ?

Carine Mickala : C’est
le fait que nous pouvons nous retrouver avec des cas de violences plus graves
dans la société. Le taux de natalité sera fortement impacté, occasionnant ainsi
une baisse de la démographie vu que nous sommes un pays moins peuplé. La
cellule familiale sera également affectée, avec une fracture relationnelle entre
le fils et le père homosexuel, c’est selon, ou entre l’un des membres du
couple. Nous allons vers une crise des valeurs qui sont lourdes de
conséquences.

Infos Gabon : Avez-vous un
message à faire passer ?

Carine Mickala : Je
voudrais tout simplement que les décideurs fassent preuve de bon sens. Nous
sommes une société africaine, au regard des brassages culturelles qui peuvent y
avoir avec notre ouverture vers les autres peuples, nous ne devons pas perdre
ou brader nos valeurs culturelles.

FIN/INFOSGABON/EM/2020

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Gabon : La Dépénalisation de l’homosexualité n’est pas l’histoire à l’envers



Avec Info Gabon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.