vendredi, septembre 25, 2020
Afrique

La Ctddh dénonce des exactions dans l’extrême nord du Tchad


Dans un communiqué rendu public ce dimanche 31 mai 2020, la Convention Tchadienne de défense des droits de l’homme (Ctddh) s’insurge contre de actes de tortures commis sur des citoyens dans l’extrême nord du pays et appelle les autorités à prendre leurs responsabilités face à cette situation.

L’association de défense des droits de l’homme informé à travers le communiqué que trois orpailleurs, notamment Abdraman Mahamat , Abdallah Ali et Mahamat Oumar ont été attachés sur un véhicule et torturés à mort par leurs employeurs pour des désaccords liés à l’exploitation de l’or dans cette zone aurifère duTibesti où des exactions les plus atroces attentatoires aux droits de l’homme sont fréquemment signalées, faisant de cet endroit, une zone de non droit.
La Ctddh d’ajouter que trois autres citoyens, en l’occurrence Ahmat Hassan, Mahamat Hissein , Bichara Ibrahim ont été séquestrés et aspergés de gasoil et brûlé par leur employeur, un certain Sokoy. Face à cette « funeste action » commise selon l’Ong de défense des droits de l’homme, Hassan Wardougou, patron de Sokoy sur instruction duquel cette funeste action est commise, a pris la fuite vers le territoire Libyen.
La CTDDH entend faire toutes les diligence pour obtenir l’arrestation et le jugement de ce deux individus qui ne sont pas à leur premier forfait.
Pour elle, les Tchadiens continuent à subir les pires atrocités dans cette partie du pays à cause de l’absence de l’Etat qu’elle appelle à s’intéresser à cette zone qui fait partie integrante du territoire national afin d’assurer la sécurité des populations civiles qui s’y trouvent.



Avec LePaysTchad

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.