mardi, septembre 22, 2020
Culture/Musique : le challenge Ndong Mboula/Sima Mboula défraie la chronique.
Gabon

Culture/Musique : le challenge Ndong Mboula/Sima Mboula défraie la chronique.


Le challenge entre Ndong Mboula et Sima Mboula qui devait avoir lieu la nuit du 18 au 19 du mois en cours a été un échec soulevant ainsi des débats au sein de l’opinion artistique.

Les challenges semblent être le nouveau mode des prestations d’artistes depuis la survenue de la Covid-19 qui a entraîné l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes,ce qui est une façon pour les artistes de soutenir leurs fans confrontés à l’épreuve du confinement.
Après les rappeurs gabonais Lord Ekomy Ndong et Franck Baponga, le tour était revenu aux artistes tradi-modernes ,Ndong Mboula et Sima Mboula. Une initiative mort-née, qui de par ce caractère décevant n’a pas manqué de susciter débats et railleries, frôlant le tribalisme à l’endroit de l’ethnie Fang.
En effet, il est à préciser que les deux chanteurs ne sont pas des moindres dans le paysage musical gabonais. Ndong Mboula, près de 30 ans de carrière sinon plus, et détenteur de plusieurs prix issus des plus grandes compétitions gabonaises dans les débuts des années 2000, demeure leader incontesté parmi les meilleures têtes de la culture du pays.
Sima Mboula,son challenger et ex- compagnon est lui réputé pour ses shows, sa constance, et sa créativité. Il cumule autant d’expérience que celui-ci, en terme de longévité artistique.
Seulement que s’est-il passé alors que plus de milles(1000) têtes étaient connectées sur la page du challenge des artistes? Un nombre de vues étonnement au-dessus des challenges passés, et qui n’auraient eu droit qu’à un spectacle désolant. Pour cause ? La mauvaise qualité de la connexion internet.
Si d’aucuns attribuent cet échec à la négligence de l’équipe organisatrice, d’autres la pointent plutôt le caractère imprévisible du réseaux Internet dont les caprices n’ont jamais averti personne.
Une autre poignée de personnes justifient ce forfait par l’excès de zèle, qui aurait, par le tapage fait autour de l’évènement traduit un manque d’humilité de l’ethnie dont sont issus les deux artistes qui vendaient ainsi la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les relents tribalistes étaient donc de la partie, et les propos pamphlétaires sur les réseaux sociaux en disent n’étaient pas de nature à arranger les choses.
Grosso modo, le challenge Ndong Mboula et Sima Mboula aura au final accouché d’une souris, pour des raisons de connexion. Les torts étant partagés, l’on espère que cet échec rendra plus pointilleux les organisateurs des prochains événements, afin qu’aucun détail ne soit négligés.



Avec Le Touraco vert

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.