jeudi, juin 4, 2020
Coronavirus: Human Rights Watch dénonce le mutisme des autorités burundaises
Afrique

Coronavirus: Human Rights Watch dénonce le mutisme des autorités burundaises


espace libre

Coronavirus: Human Rights Watch dénonce le mutisme des autorités burundaises

Coronavirus: Human Rights Watch dénonce le mutisme des autorités burundaises

L’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) a averti mardi le régime burundais des risques d’exposer la population de ce petit pays d’Afrique centrale à un grave danger en limitant la diffusion libre d’informations factuelles sur la pandémie de Covid-19 alors que les autorités affirment n’avoir enregistré aucun cas de contamination. Le porte-parole du président Pierre Nkurunziza a récemment déclaré que « le Burundi est une exception, car c’est un pays qui a donné à Dieu la première place ».

« De telles revendications d’exceptionnalisme national ne devraient pas être employées pour empêcher les gens de s’exprimer sur des cas suspectés et la potentielle propagation du virus », a affirmé HRW dans un communiqué.

Alors que la police et les autorités locales ont placé en quarantaine dans des hôtels, des écoles et d’autres sites des Burundais et des ressortissants étrangers arrivant dans le pays en avion ou par la route, dans certains cas, les autorités burundaises n’ont pas fourni de nourriture, de soins de santé ni de conditions hygiéniques et sanitaires appropriés. Des organisations humanitaires ont été empêchées d’accéder aux personnes en quarantaine et de leur apporter une assistance, dénonce l’ONG.

« L’absence de communication d’informations factuelles sur la gravité, la contagiosité de ce virus et les défis qu’il présente, conforme aux stratégies de déni et de contournement dont fait habituellement preuve le Burundi dans la gestion de crise, ne tient pas compte des leçons douloureuses tirées de la pandémie ailleurs dans le monde », a déclaré le directeur pour l’Afrique centrale à HRW, Lewis Mudge, cité par le communiqué.

« Les autorités burundaises devraient être transparentes et travailler avec les partenaires internationaux pour permettre la fourniture rapide et sans restriction d’une aide et devraient protéger les plus vulnérables, si le virus devait se propager », a-t-il ajouté.

Selon le site d’information SOS Médias Burundi, au moins 725 Burundais revenus de pays de la région (Rwanda, République démocratique du Congo, Ouganda, Tanzanie et Kenya) ont été placés en quarantaine dans des hôtels, des hôpitaux ou des écoles. Aucun test n’a été pratiqué sur eux, selon ce média en ligne.

Que pensez-vous de cet article?

espace libre


Avec La Libre Afrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.