Gabon / Médias : La revue de la presse gabonaise de la semaine du 27 janvier au 2 février 2020
Gabon

Gabon / Médias : La Revue de la presse gabonaise de la semaine du 17 au 23 février 2020


espace libre

Libreville, Lundi 24
Février 2020 (infos Gabon) – L’actualité gabonaise de la semaine écoulée a été
marquée par la sortie de l’honorable Martin Mabala, président du Groupe
parlementaire PDG à l’Assemblée nationale, l’assemblée générale de la FANAF à Libreville,
ainsi que le cas Bertrand Zibi Abeghe dont le verdict de la Cour d’Appel est
attendu ce lundi.

Politique

La semaine dernière
a été mouvementée à Libreville. Et pour cause, le remaniement gouvernemental a
alimenté les débats. Le sujet était sur toutes les lèvres. En effet, répondant
à des rumeurs de changement de Premier ministre, le quotidien pro
gouvernemental « L’Union », parue le 18 février 2020, à la page 5
titrait : « Le Groupe parlementaire PDG réaffirme son soutien à
Julien Nkoghe Bekale ». C’est une sortie inédite. Selon la consoeur, « Voudraient-ils
faire un chantage au chef de l’exécutif ? » Martin Mabala,
précise : « Le changement du gouvernement ne constitue en rien
une solution miracle aux nombreux problèmes que connaît notre pays, l’heure est
donc au travail ».

Pour sa
part, « L’Union » du 20 février 2020 titrait : « 
PDG : appel à la vigilance et à la sérénité ». C’est au lendemain de
la polémique née de la sortie interprétée diversement que le secrétaire
national chargé des Arguments et de la Riposte, Michel Philippe Nze a appelé
l’ensemble des camarades à la sérénité alors que d’autres y ont vu une
initiative scandaleuse du camarade Mabala.

Toujours à
propos de ce sujet brûlant, « L’Union » du 22 et 23 février
2020,à la page 4, titrait : « La 3e Voie fustige une
déclaration tendancieuse ». Le leader de la 3e Voie,
Gérard Ella Nguema s’en est pris au député de Lambarené évoquant le pouvoir
discrétionnaire du président de la République. Il a appelé au calme.

A
contrario, l’hebdomadaire proche de l’opposition, « Le Moutouki »
dans sa livraison du 20 février 2020 à sa Une et à la page 3
titrait : «  Martin Mabala : détonant ! ». Le
confrère souligne la sortie en vrille pour plaider, au nom du groupe
parlementaire PDG, le maintien de Julien Nkoghe Bekale à la Primature. L’homme
n’est pas à son premier coup : il avait désavoué le président de
l’Assemblée nationale qui avait demandé au ministre de l’Education nationale de
revoir sa copie sur les critères d’âge et de moyenne.

De même que
« Echos du nord », hebdomadaire proche de l’opposition, dans son
édition du 17 février 2020, à la page 3 titrait : « Julien
Nkoghe Bekale reçoit le soutien de Martin Mabala ». C’est l’action d’un
« franc-tireur qui vole au secours d’un ami… il n’a pas associé tout le
monde à la réaction ». C’est le Premier ministre de Ntoum ou des Mekê me
Nkoma ? Cette association aux relents communautaires.

L’autre
hebdomadaire proche de l’opposition, « La Loupe » parue le 18 février
2020, à la page 3 titrait : « L’onde de choc qui trouble le
palais ». Le confrère souligne que les députés PDG ont dit niet à tout
changement puisqu’ils lui ont accordé leur confiance récemment. Est-ce le PDG
en mode turbulence… ?

Par
ailleurs, « L’Aube », du même groupe de presse que le précédent,
du 17 février 2020, à la page 2 titrait : « La complainte des
députés PDGistes ». Martin Mabala ou le visage d’un parlementaire
godillot. Le confrère révèle qu’il existe deux camps : les pro-Billie By Nze
et les pro-Nkoghe Bekale avec chacun sa petite histoire. Et l’opposition
regarde très amusée.

Par
ailleurs, « Matin Equatorial », proche du pouvoir, paru le 21
février 2020, à la page 2 titrait : « Bruits de changement à la
primature : le groupe parlementaire PDG en soutien à Nkoghe Bekale ».
Le confrère reprend les mots de Martin Mabala : « Le but inavoué
de cette cabale est la déstabilisation des institutions de la République par
l’incitation à la violence, à la révolte et à l’insurrection populaire »,
avant de condamner cette instrumentalisation.

Ainsi, « L’Aube »,
à sa Une, titrait : « Pas lui ! ». Le confrère propose
un nom, synonyme de chaos parmi ceux qui lorgneraient la Primature : il
s’agit de l’actuel ministre d’Etat aux affaires étrangères, Alain-Claude Billie
By Nze. Il estime qu’il s’était distingué par l’injure facile, le mépris de ses
compatriotes, avant de publier un extrait du portrait brossé par Paul Mba
Abessole, (son ancien mentor, ndlr).

Pour sa
part, l’hebdomadaire « Le Temps » paru le 21 février 2020, à sa Une
et à la page 3 titrait : « Le soutien controversé de Martin
Mabala ! » Une communication bien curieuse qui laisse l’opinion
complètement sans voix. Alors que la représentation nationale se trouve en
vacance parlementaire : une démarche isolée pour le député convaincu de la
détresse de l’actuel locataire du 2 Décembre pour le sauver. Même la sortie
tardive du SG (Secrétaire général, ndlr) du PDG n’est pas pour taire les
gesticulations. Pourtant, conclut-il, le Président de la République peut
débarquer à tout moment, un PM (Premier ministre, ndlr) même s’il a le soutien
du groupe parlementaire majoritaire.

Alors que
dans sa livraison du 21 février 2020, à la Une et en pages 3 et 5, ‘’Le
Mbandja’’, peoche de l’opposition, proposait des titres évocateurs : « Succession
à la Primature / Nkoghe Békalé et Billie By Nzé à l’arme lourde : la
bataille s’annonce féroce ». La sérénité dont le Premier Ministre fait
montre cache mal la prudence au moment où des adversaires réclament son
scalp : parmi eux, un sérieux client. Alain-Claude Billie By Nze. C’est à
l’arme lourde et via les réseaux sociaux que se canardent les partisans des
deux camps.

Le confrère souligne la grosse bourde de Martin Mabala pour
précipiter Julien Nkoghe Békale. A-t-il des comptes à régler à Julien ou a-t-il
été instrumentalisé ? Le vicomte Saint Martin des Apindji ne fait rien
pour rien : il se lève pour donner des injonctions à qui ? Pour ne
pas virer qui ? Les députés du PDG n’ont pas encore livré le fond de leur
pensée. Pourquoi, pour recadrer Mabala, a-t-on choisi la voie de la polémique
en recourant au secrétaire nationale du PDG chargé des arguments et de la
riposte au lieu du SG ?

Pour clore cette rubrique, « l’information du mois », mensuel
d’analyse et d’enquête, parue le 21 février 2020 à sa Une titrait : « Les
députés défient Ali ». Il s’agit d’un communiqué du Président du Groupe
parlementaire PDG à l’Assemblée Nationale, Martin Mabala qui s’insurge contre
l’acharnement dont sont victimes les hautes personnalités institutionnelles. Le
confrère reprend : « Non au remaniement », c’est le titre de la
Une de l’hebdomadaire pro-gouvernemental « Gabon Matin » paru le 17
février. Pour les députés, cette gouvernance à la Sisyphe doit s’arrêter. Ce,
d’autant plus que les remaniements ne constituent en rien une solution aux
difficultés quotidiennes des Gabonais. Mais les députés ont-ils qualité à
sommer l’exécutif ?

Elections

Pour sa part, « L’union du 20 février 2020 à la page 4,
titrait : ‘’Sénat : à quand l’élection partielle dans la
Lolo-Bouenguidi ? Le siège de la Lolo-Bouenguidi dans la province de
l’Ogooué-Lolo demeure à ce jour vacant, contrairement aux informations
relayées. En effet, depuis l’exclusion du PDG de Félicien Moudioundze, sénateur
dudit siège, c’est le constat de vacance par la Cour Constitutionnelle à la
suite de la décision d’éviction, suivie de la saisine du Sénat le 26 Mars 2019.
Le Centre Gabonais des Elections (C.G.E) va-t-il respecter le délai de deux
mois au plus pour une élection partielle ? Le futur sénateur ne siègera
que quelque mois, l’élection sénatoriale étant prévue pour l’année prochaine.

La vie des
partis

Revenons
sur le congrès ordinaire, « Union » du 17 février à la page 4
titrait : « PDS : troisième congrès ordinaire en vue ». Le
président du Parti pour le Développement et la Solidarité (PDS, opposition),
Séraphin Ndaot Rembogo, l’a annoncé samedi dernier lors de sa rentrée politique
dans la province de l’Estuaire. Objectif visé : une meilleure reconquête
du terrain, mettre en œuvre le credo basé sur le social-démocrate

Pour sa
part, ‘’Le Temps’’ du 21 février, à la page7 titrait : ‘’Entretien avec le
Président de l’UPNR, Me Louis Gaston Mayila : ‘’je suis incompris. Mon
tort, c’est d’avoir surtout en vision trop tôt’’. Le leader de l’Union pour la
Nouvelle République (UPNR) revient, dans un entretien accordé à la rédaction,
sur les raisons fondamentales de la tenue imminente d’une réconciliation
nationale, seul moyen aujourd’hui, selon lui, de sortir le pays de l’impasse multidimensionnelle
actuelle. ‘’Je dois léguer au peuple gabonais un pays où les gens se regardent
en face, et où il fait bon vivre. C’est le combat de ma vie. Les Anglais ont
tué Gandhi, mais sa non-violence n’a pas été tuée’’.

Par
ailleurs, ‘’L’Union’’ du 21 février 2020, à la page 4 titrait : ‘’CLR :
bientôt une tournée à travers le pays’’. Le Centre des Libéraux Réformateurs
(CLR, majorité) veut étendre la phase d’installation sur tout le territoire
national, répondant à la mission commencée dans l’Estuaire du délégué général
adjoint en charge de l’Implantation et des stratégies électorales. Alexandre
Désiré Tapoyo poursuivra le reste de sa mission et, cependant, la déléguée
générale du CLR Nicole Assele effectuera une tournée d’installation, occasion
pour le Fondateur de présenter la nouvelle Déléguée Générale aux militants.

Pour sa part, ‘’La Loupe » à la page 3, titrait : ‘’Avant
le Congrès du PDG : les PDGistes face à Nourredin Bongo Valentin ?’’.
Le Parti Démocratique Gabonais va fêter cette année ses 52 ans’’. Le confrère s’interroge
si « Bongo Valentin va entrer dans l’organigramme du PDG en tant que
Vice-Président du PDG ? » Qui osera remettre en cause l’entrée de
Nourredin Bongo Valentin dans les instances du Parti ? Le Prochain Congrès
réserve bien de surprises, de passe d’armes et des bras de fer. Dans le même
ordre d’idée, ‘’le PDG, enlisé et dans une impasse’’ est une problématique liée
à ce que le PDG renouvelle sa confiance envers un gouvernement dont il
reconnaît l’échec !’’

Autour de
Nourredin Bongo Valentin

Dans cette
rubrique, l’hebdomadaire ‘’Echos du Nord’’, proche de l’opposition, du 17
février 2020, à la page 5 titrait l’éditorial : ‘’ces
profito-situationnistes tels des vautours’’. Le confrère étale pêle-mêle les
ministres réputés du MOGABO qui profiteraient de la jeunesse et l’inexpérience du
CGAP (coordinateur Général des Affaires présidentielles, ndlr) pour se ruer
vers lui. Puis constate un machiavélisme basique. Dans son acuité visuelle, les
profito-situationnistes, les charognards, à qui il attribue des expériences
inabouties pour un constat tombé du ciel : ‘’on assiste à une‘’
tékéisation de tous les secteurs’’. Un curseur sur « des lettres de
recadrage bourrées de faute de syntaxe ». Pourtant, rien de lumineux dans
ce fourre-tout : un brûlot indigeste reflétant les grandes orientations de
cet hebdomadaire. Ce sont des reproches des décabristes et des décembristes
(févrieristes).

L’économiste
John Kenneth Galbraith précise : « un éditorialiste d’hebdomadaire
est obligé de trouver chaque semaine, une signification à un événement qui n’a,
peut-être, ni sens ni conséquence’’. Là, un fait anecdotique et ridicule est
relayé. Parler d’expérience, après deux mois est une méconnaissance abyssale de
la signification à donner.

Par contre,
toujours autour de Nourredin Bongo Valentin, ‘’Moutouki’’ à la page 6 titrait
pour donner une signification différente : « Après BLA, le Maire
d’Oyem se trouve une nouvelle ‘’poche’’. Quel sens donner au mouvement de
soutien politique de Nourredin Bongo Valentin ? Christian Abessolo
Menguey, maire d’Oyem inaugure la grande tournée de conscientisation :
donner une assise politique dans la ville voire CGAP. Ce n’est pas
Nourredin Bongo Valentin qui viendra y gagner quoique ce soit. Dans le grand
nord. On n’y refuse jamais un appel. C’est ce qu’il contient qu’on accepte ou
pas.

Après avoir
suscité l’espoir à Oyem, « l’information du mois » à la page 3 fait
le contrepied de l’éditorial en titrant : « Gouvernance :
Nourredin Bongo Valentin prône l’innovation ». Le rappel de la « Lettre
du Continent » révélait que ce dernier sur les conseils avisés du Chef de
l’Etat Ali Bongo Ondimba, a pris contact avec la Tony Blair Institute for
Global Change. Objectif : aider le Gabon dans le processus de réforme
actuelle de l’administration. Or, à l’heure des grands défis, il faut changer
de paradigme. Et l’administration doit suivre. Pourtant, la dernière expertise
sur le nouveau système de rémunération mis en place a été à cent pour cent
gabonaise, moins coûteuse, connaissant les réalités locales.

En guise de
conclusion, l’éditorial précédent est un mélange des genres pour une vision
bornée et dangereuse en lieu et place de ce dernier article équilibré et non de
pacotille. On ne connait pas d’exemple de mauvais fonctionnaires qui se sont
nués en grands hommes politiques.

Coopération

« L’Union »
du 22 février 2020, à la page 5 titrait : ‘’Gabon-Maroc : une
coopération bilatérale agissante’’. La récente ouverture du Consulat général du
Gabon à Laâjoume au Maroc est propice à la Coopération bilatérale, Gabon –
Maroc qui se porte bien. C’est la trame des échanges entre le Ministre d’Etat,
ministre des A.E, A.C. Billie By Nze et l’Ambassadeur du Maroc au Gabon, Abdallah
Sbihi. Que se sont-ils dit ? Le Chef de la Diplomatie Gabonaise a
affirmé : ‘’Le Gabon et le Maroc ont une relation exceptionnelle qui
s’établit à plusieurs niveaux‘’. Alors que l’Ambassadeur du Maroc au Gabon a
déclaré : ’’cette rencontre entre dans le cadre des échanges permanents
que j’ai l’habitude d’effectuer auprès des autorités gabonaises’’. A noter que
le Maroc œuvre beaucoup dans le social et la formation professionnelle au
Gabon.

A la page 4
de l même édition, ‘’un groupe d’hommes d’affaires libanais attendu au Gabon’’.
L’Ambassadeur du Liban au Gabon, Aline Younes a échangé avec le Premier
ministre, julien Nkoghe Békalé à l’immeuble du 2 Décembre. Une rencontre à
laquelle le ministre de la promotion des investissements, Carmen Ndaot a
assisté. Dans cette optique, la diplomatie a annoncé l’arrivée d’une délégation
d’hommes d’affaires le 27 février à Libreville pour un séjour jusqu’au 5 Mars
2020 dans l’agriculture, les infrastructures, l’industrie et le tourisme.

Social

Pour sa
part, ‘’L’Union’’ du 19 février, à sa Une et aux pages 2 et 3 aborde la rubrique
de la santé, titrant : ‘’Un sourire pour 400.000 élèves’’. C’est un
programme SMILE (sourire) lancé par le Coordinnateur Général des Affaires
Présidentielles, Nourredin Bongo Valentin. Dans les écoles publiques vont bénéficier
de soins de santé 400.000 élèves à travers les pays. Des examens dentaires, des
tests d’hémoglobines ou consultations en ophtalmologie, etc. C’est une aubaine
pour les parents devant cette offre pour faire ausculter gratuitement leurs
enfants.

Toujours à
ce sujet, ‘’L’Union’’ du 20 février 2020, à la page 10 titrait : ‘’La
cataracte peut rendre aveugle’’. C’est une maladie liée au vieillissement et
peut entrainer la cécité totale. Vision trouble, voilée, sensation
d’établissement en contre-jour, sont des signes qui révéleraient une cataracte.
Soit une opacification partielle ou totale du cristallin, soit une baisse
progressive de la vision. C’est la principale cause de cécité, les nourrissons
ne sont pas épargnés. Cela est dû aux infections contractées par la mère
pendant la grossesse.

Un
véritable sujet de santé que le quotidien ‘’L’Union’’ du 21 février 2020, à la
page 7 titrait : ‘’Caravane ophtalmologique de Melen : plus de 3000
malades auscultés’’. Elle est lancée le samedi 15 février à Libreville au
Centre Hospitalier Régional de Melen (CHREM) et s’est achevée jeudi dernier,
sur un bilan satisfaisant. Organisée par le Conseil Supérieur des Affaires
Islamiques du Gabon (CSAIG), ils se sont dits satisfaits de l’opération à
Melen.

Abordant le
code du travail, ‘’L’Union’’ du 19 février 2020, à la page 5 titrait : ‘’CESE :
place à l’examen du projet du code du travail’’. C’est la première session du
Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) pour l’année 2020. Le
premier Vice-Président du CESE, Jean Pierre TCHOUA ouvre la session, en lieu et
place du Président René Ndemezo’o Obiang, empêché. Il s’agit d’une analyse des
évolutions du Code et les propositions actualisées. Le CESE donne un avis
attendu par les décideurs. A l’état brut ou ce qui est déjà apprécié par le
BIT ?

‘’
L’Union’’ du 19 février 2020, à la page 10 titrait : ’’Prix Agathe Okumba
d’Okwatsegue 2020’’. Les candidatures sont ouvertes’’. C’est la Fondation
Sylvia Bongo pour la famille qui lance un appel à candidature pour la 2e édition
des prix Agathe Okumba d’Okwatsegue. Celle qui nous a quittés le 30 janvier
dernier est une pionnière de la lutte pour la défense des droits de la femme au
Gabon à qui l’hommage est rendu par ce prix qui contribue à promouvoir ces
droits.

Economie

L’économie
comporte autant des domaines. C’est ainsi que le quotidien pro-gouvernemental
‘’L’Union’’ dans sa livraison du 20 février 2020, à sa Une et aux pages 2 et 3
titrait : ‘’Les mystères de l’ANUTTC’’. L’Agence Nationale de l’Urbanisme,
des Travaux Topographiques et du Cadastre (ANUTTC) appelée à aider à la
résolution des multiples problèmes du secteur semble les avoir aggravés. Ensuite,
les salaires impayés, tout est monnayé. Est-ce une agence de trop ?
Réduire les délais d’obtention d’un titre foncier parasité de procédures
mafieuses. Le Ministre de l’Habitat veut voir clair en procédant à l’audit.

Banque

‘’L’Union’’
du 20 février 2020, à la page 5, titrait : ‘’Banques en liquidation :
la situation des déflatés à l’examen’’. Ce sont des banques publiques
concernées par la réunion qui a associé les représentants de la banque
Gabonaise de Développement (BGD), de la Banque de l’Habitat du Gabon (BHG) et
de la Postebank. Le gouvernement multiplie les initiatives dans sa quête
permanente de la paix sociale. Jean Marie Ogandaga précise que l’Etat maintient
un droit de regard, compte tenu du caractère public de ces entreprises. Parce
que ‘’lorsque ces entités ne peuvent pas payer, l’Etat doit faire quelque
chose’’. Il ne s’est pas prononcé sur la période précise de paiement.

Bassins
versants

‘’L’Union’’
du 20 février 2020, à la page 6 titrait : ‘’Bassin-versants de Nzeng-ayong :
l’union européenne jusqu’au bout du projet’’. Quelle question intéresse
l’U.E ? Le niveau d’avancement des travaux de construction et
d’aménagement du bassin versants au quartier nzeng-ayong. Le Principal ouvrage
de ce chantier est un canal d’une longueur de 2,4 km. Trois ponts sont
également concernés par ces travaux. Rosario Bento Pais, la représentante
de l’U.E au Gabon a certifié, lundi au ministère des infrastructures que son
institution compte achever le projet du Bassin-versant de Nzeng-Ayong, et
qu’elle est prête à en soutenir d’autres.

Dette

Concernant
l’endettement, trois journaux font allusion à cet aspect, ‘’L’Union’’ du 19
février 2020, à la page 6 titrait :’’Emprunt ; un nouvel eurobond
d’ici la fin de l’année ? ‘’Selon la consoeur, cette opération dépendra du
comportement du marché sur les six prochains mois de l’année 2020. Elle devrait
s’inscrire sur les stratégies de restructurations de la dette publique de
l’Etat.

Jean Marie
Ogandaga a déclaré : ‘’le gouvernement gabonais suivra l’évolution des
performances du marché et évaluer ses besoins dans six mois.‘’

 ‘’Matin
Equatorial’’ du 21 février, à la page 4 titrait : ‘’Le Gabon fait figure
de modèle en matière de gestion de la dette internationale. C’est la
déclaration d’Emmanuel Berre, Directeur Général de la Dette qui revient sur les
subtilités du reprofilage de la levée de 180 millions de dollars, le
remboursement de l’Eurobond est repoussé à 10 ans et dire que le taux
d’endettement du Gabon est actuellement de 57% alors que la CEMAC le fixe à 70
% pour ses membres.

Enfin, ‘’Le
Temps’’ du 21 février 2020, à la page 6 est le dernier à en parler. Puisqu’il
le fait en titrant : ‘’Eventuel nouvel emprunt d’ici fin 2020’’. Après la
mobilisation réussie sur le marché des capitaux, d’un montant d’un milliard USD
(600 milliards de CFA), le gouvernement envisage de rééditer l’exploit d’ici la
fin de l’année 2020 : un nouvel emprunt pour financer la dette gabonaise
et certains projets de développement.

Assurances

‘’L’Union’’
du 21 février 2020, à sa Une et aux pages 2 et 3, il est question de l’élection
d’un gabonais à la tête de ce secteur en Afrique, en titrant :
‘’FANAF : César Président’’. César Ekomie Afène, président du conseil
d’administration de Nsia-Vie Gabon, est devenu le nouveau président de la Fédération
des sociétés d’assurances de droit national africain (FANAF), qui tenait sa 44e Assemblée
Générale à Libreville. Grâce à un consensus qui, la veille, a abouti au retrait
de la Candidature de son adversaire, le camerounais Théophile Moulong. C’est un
homme discret mais entreprenant.

‘’L’Union’’
du 17 février, à sa Une et aux pages 2 et 3 titrait : ‘’Assureurs : le
casse-tête’’. C’est un dilemme pour les participants entre le Gabonais César
Ekomie Afène et le camerounais Théophile Moulong pour l’élection à la
présidence à la FANAF. Il y a risque d’occulter les autres enjeux.

‘’L’union’’
du 18 février 2020, à la page 6 titrait : ‘’Fanaf : symbolisme mis en
lumière et tractations des coulisses’’. Ce sont des préparatifs de l’élection
du nouveau président qui commence par le concours oral afin de choisir les
start-up capables d’accompagner la digitalisation, les travaux de la 44e Assemblée
Générale de la FANAF. Puisque la digitalisation c’est la fin des frontières.
C’est le Ministre Gabonais de l’Economie, Jean Marie Ogandaga qui a ouvert les
travaux de cette 44e Assemblée Générale. Le souhait est de voir
les compagnies africaines d’assurance devenir plus compétitives.

‘’Gabon
Matin’’ de la semaine, à la page 2 titrait : ‘’Evénement : 44e Assemblée
Générale de la FANAF, quatre questions à Andrew Gwodock, Président du Comité
d’organisation de la FANAF 2020’’. Pourquoi le choix de la capitale Gabonaise,
Libreville ? C’est le 4e marché de la Conférence
Interafricaine des marchés d’Assurances (CIMA) cumulant un chiffre d’affaires
moyen par an de 100 milliards alors que le Cameroun est le premier marché ayant
totalisé 3 présidents de la FANAF.

‘’Le
Temps’’ du 21 février 2020, à la page 6, titrait : ‘’Sur fonds de
digitalisation des assurances’’. Le Thème : ‘’la donnée et l’innovation au
cœur de l’assurance. Adapter le secteur des assurances aux profondes mutations
qui s’opèrent : se raccorder et la digitalisation’’.

‘’L’Union’’
du 18 février 2020, à la page 8, titrait : ‘’Digitalisation des services
administratifs : le concours de la BEI’’. Nikolas Milianitis, Chef de la
représentation régionale à Libreville de la Banque Européenne d’Investissement
(BEI) a eu une séance de travail avec Madeleine Berre, ministre de l’emploi, de
la Fonction Publique, du Travail et de la Formation Professionnelle. L’objectif :
apporter un appui dans le secteur numérique. Il s’agit de la digitalisation des
services de l’administration publique. Donc le digital peut faciliter les interactions
entre les différents services du gouvernement.

‘’L’Union’’ du 19 février 2020, à la page 6 titrait :
‘’GECAR Assurances devient OLEA GABON’’. C’est une longue présence de 25 ans de
service sur le marché des assurances au Gabon. GECAR œuvre depuis 3 ans pour sa
mue. Dans son adresse de circonstance, le nouveau DG d’OLEA
Gabon,  Clément Chardeau a remercié les uns et les autres pour leur
travail acharné mené depuis 3 ans pour aboutir à ce résultat.

Pétrole

‘’L’Union’’
du 19 février 2020, à la page 7 titrait : ‘’Total Gabon en petite forme en
2019’’. C’est une compagnie pétrolière qui réalise un chiffre d’affaire de 390
milliards de francs (808 milliards de dollars), en baisse de 11% par rapport à
2018. Le prix moyen du brut : 61,8 dollars / baril, -7% et la production
de pétrole : 31 200 barils / jours, soit -14%.

‘’L’Union’’
du 17 février 2020, à la page 6, explique les performances de Perenco en
titrant : ‘’Trois nouveaux contrats pétroliers’’. Des champs
d’explorations très promoteurs pour lesquels PERENCO s’engage à investir 90
millions de dollars (55 milliards de francs) sont situés dans le sous – bassin
nord du domaine pétrolier ON SHORE, dans la province de l’Ogooué-Maritime.

‘’La
BEI : fin de la mission de prospection’’ : apporter le savoir-faire,
mais aussi les ressources financières à long termes. ‘’L’Union’’ du 22 février,
à la page 7, aborde le domaine du pétrole en titrant : ‘’Pétrole :
nouveau succès pour Vaalco’’. Les recherches de l’entreprise pétrolière
américaine VAALCO sont couronnées de succès. En effet, la campagne de forage a
favorisé la découverte d’un réservoir de sables bitumineux de bonne qualité
dans la formation de Gamba.

6311 pieds ; les travaux d’exploration ont atteint ce
chiffre c’est dire que les opérations sont effectives dans le cadre du début de
forage du puits de développement South East Etame 4 h.

La route
nationale

‘’Gabon
Matin’’ du 17 février 2020, à la page 4 titrait : ‘’Axe Nkok-pk 80 :
bientôt la fin du calvaire’’. C’est ce qui ressort des sites visités par une
équipe de la Primature accompagnée des techniciens de la société des autoroutes
du Gabon (SAG) et du Directeur Général de la Société Colas, Christophe Bridge,
sur instruction du Premier Ministre, Julien Nkoghe Békalé.

Douanes

‘’L’Union’’
du 18 février, à la page 4 titrait : ‘’Douanes : le P.M en visite
inopinée’’. S’enquérir des conditions de travail des agents douaniers et de
vérifier l’effectivité du fonctionnement du nouveau logiciel d’informatique
(CONUCD). Ce logiciel est utilisé avec bonheur dans 85 pays.

A la page
7 : ‘’Sydonia World : ‘’ pas de défaillance du système : la
douane a réellement la maîtrise de ce logiciel.

‘’Matin
Equatorial’’ à la page 2 titre : ‘’Le P.M s’assure du bon
fonctionnement du logiciel d’informatique SYDONIA WORLD’’. Les opérateurs
économiques ne seront plus en contact direct avec les inspecteurs des douanes.
C’est une nette amélioration de la gestion des régimes douaniers.

‘’L’Union’’
du 22 février 2020, à la page 6, titrait : ‘’Pour un renforcement du
partenariat entre le Gabon et la FAO’’. C’est la coopération en matière de
gestion durable des ressources forestières : Lee White et
Hélder  Muteia vont passer en revue les projets en cours et la
valorisation des produits forestiers.

Société

Dans la
rubrique violence en milieu scolaire, le journal pro-gouvernemental ‘’L’Union’’
du 18 février 2020, à sa Une et aux pages 2 et 3 titrait : ‘’Ecole :
arsenal et répression’’. L’Education Nationale dévoile ses premiers résultats’’
de fouille. CES Jean Hilaire Aubame : 24 grandes paires de ciseaux, 82
couteaux de cuisine.

A la page 10 titrait : ‘’Tombola : Gabon Telecom
récompense la fidélité’. C’est pour fiabiliser l’authenticité des résultats que
chaque présélectionné a mis dans l’urne une boule contenant son nom. Les
véhicules ont été respectivement remportés par deux heureux gagnants :
deux Rav 4. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

Toujours
dans cette rubrique, le banditisme est signalé par ‘’Matin Equatorial’’, à sa
Une et à la page 6 en titrant : ‘’Une Centaine d’armes blanches saisies’’.

Le
gouvernement semble gagner son pari dans cette bataille. Il a décidé d’aller en
guerre contre les violences en milieu scolaire, le 10 février 2020 dernier, sur
l’ensemble du territoire national. Une semaine après l’opération, des fouilles
inopinées : 24 grandes paires de ciseaux, 2 couteaux de cuisine et un
tournevis au CES Jean hilaire Aubame. Au lycée d’application Nelson Mandela, 04
couteaux de cuisine, 2 couteaux de table et un cutteur ; à Bessieux :
9 couteaux de cuisine, 4 fourchettes, 8 grandes paires de ciseaux… soit
une centaine d’armes blanches saisies.

Concours

‘’L’Union’’
du 22 février 2020, à la page 9 titrait : ‘’les résultats toujours
attendus’’. En effet, les membres du syndicat national des enseignants
chercheurs (SNEC) ont donné à la tutelle jusqu’au 4 Mars prochain pour publier
les résultats de ces concours organisés fin janvier 2020 à l’ENS et à l’ENSET.
Le Ministre de la Fonction Publique n’a pas été.

‘’L’Union’’
parue le 21 février 2020, à la page 16 titrait :’’ vingt-six écoles
fermées cette année dans le Woleu’’. En tout état de cause, il s’agit d’un
constat fait lors de la réunion entre les députés dudit département et les
responsables du bassin pédagogiques d la province du Woleu-Ntem.

26
établissements sur 81 que compte le département du Woleu sont fermés depuis
2019-2020 contre 33 l’année écoulée pour des raisons diverses. Le refus de
rejoindre les lieux d’affectation, l’indiscipline des enseignants mais aussi il
faut réhabiliter les routes, régler les situations administratives de certains
enseignants.

Faits Divers

‘’L’Union’’
du 18 février 2020, à la page 11  titrait : ‘’ Liberté
provisoire de Zibi Bertrand Abeghe : verdict le 24 février’’. En effet, le
Ministère Public avait requis dix ans de prison pour détention illégale d’arme
à feu, violences et voies de fait. Alors qu’en première instance, il était
condamné le 23 juillet 2019 à 6 ans de prison, Bertrand Zibi Abeghe, ex-député
de Bollosoville, devenu opposant, était face aux juges. La Cour a mis l’affaire
en délibéré pour le  24  février 2020.

‘’La Loupe’’
de la semaine écoulée, à la page 2 titrait : ‘’Procès de Zibi
Abeghe : suspense jusqu’au 24 février prochain’’. C’est-à-dire qu’il
faudra attendre pour en savoir plus sur le sort de Bertrand Zibi Abeghe qui
était devant la présidente de la Cour d’Appel. Mais pour ses avocats, tout
semble aller de bon train au regard de certains articles de la procédure du
code pénal.

‘’ L’Aube’’
du 17 février 2020, à la page 2 : titrait : ‘’Détention
illégale : Bertrand Zibi Abeghe, le dernier défi’’.

Un  procès
de droit commun avec le flot d’accusation porté contre BIBI B.A On sait que
l’accusé est un homme à part. Un ancien député qui a eu le culot de
démissionner du PDG devant le Président de la République pour rejoindre la
concurrence.

‘’L’Information
du mois’’ du 21 février 2020, à la page 3 titrait : ‘’Affaire Zibi :
bientôt blanchi ? ‘’ Accusé d’être impliqué dans les violences
post-électorales d’Août 2016 qui ont secoué le Gabon. Bertrand Zibi Abeghe, ex-
député du PDG a été reconnu coupable de ‘’violences et voies de fait’’ et ‘’détention
illégale d’arme à feu’’.

‘’L’Union’’
du 22 février 2020, à la page 2 titrait : ‘’Un mort et un blessé dans
l’explosion d’un wagon citerne de la Setrag’’. En effet, dans cet autre fait
divers, l’incident est survenu le 20 février courant, entre les stationnements
ferroviaires de la Lopé et de l’Offoué. Là où, dans la nuit du 19 au 20
Décembre de l’année dernière, un train marchandise de la SETRAG avait déraillé
avec des citernes dont 4 avaient pris feu. Les victimes sont des employés d’un
sous-traitant de l’entreprise précitée.

Culture

‘’L’Union
‘’ du 22 février 2020, à la page 8 titrait : ‘’Non à la mort de nos
langues ! C’est un message lancé à l’occasion de la journée Internationale
de la Langue Maternelle, célébrée à l’initiative de l’ONG ‘’Omanda’’, au musée
national. Le Ministre de la Culture a assisté à la cérémonie autour des
sous-thèmes : ‘’laissons nos langues’’.

Sports

‘’ Gabon
Matin’’ à la page 13 titrait : ‘’Football / partenariat : le Gabon et
la Qatar désormais liés’’. En effet, c’est à  travers un mémorandum
de coopération d’une durée de 5 ans que la Fédération Gabonaise de Football
(FEGAFOOT) et celle du Qatar ont scellé cette union qui portera sur des
soutiens techniques, mais aussi sur le Développement du Football Féminin, celui
des jeunes ou encore du Beach Soccer.

‘’L’Union’’ du 22 février 2020, à la page 13 titrait : ‘’
l’A.O.CMS pour trois premières et duel d’invincibles à Owendo’’. Pour les
Cémésiens, battre le CF Mounana sera synonyme d’ouvrir leur compteur de
victoires et mettre un terme à son invincibilité et de sa défense. Alors que le
FC 105  et l’USB qui n’ont pas encore connu la défaite, seront aux
prises au Stade IDRISS Ngari.

FIN/INFOSGABON/2020

Copyright Infos Gabon

LIRE AUSSI Innovation : Gabon Telecom dans du flambant neuf

espace libre


Avec Info Gabon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.