vendredi, octobre 30, 2020
RDC: le général Numbi, sous sanctions de l’UE, envoyé en renfort à Beni
Afrique

RDC: le général Numbi, sous sanctions de l’UE, envoyé en renfort à Beni



RDC: le général Numbi, sous sanctions de l’UE, envoyé en renfort à Beni

RDC: le général Numbi, sous sanctions de l’UE, envoyé en renfort à Beni

Un haut gradé de l’armée congolaise, le général John Numbi Tambo, sous sanctions de l’Union européenne, a été appelé en renfort des opérations militaires actuellement en cours à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé l’armée. Le général Numbi, inspecteur général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), a rejoint mercredi le chef d’état-major installé à Beni, où l’armée mène des opérations contre les groupes armés.

Cet officier est « venu en appui aux actions déjà entreprises par le chef d’état-major » pour soutenir le moral des troupes, a déclaré mercredi le porte-parole deS FARDC, le général Leon-Richard Kasonga, lors d’une conférence de presse.

Le général Numbi figure sur la liste des 14 personnalités congolaises affectées par des sanctions de l’UE pour atteintes aux droits de l’homme dans les deux dernières années du régime de l’ancien président Joseph Kabila (décembre 2016-décembre 2018).

L’UE a renouvelé ses sanctions d’un an en décembre dernier, évoquant au sujet de John Numbi une « campagne d’intimidation violente » lors de l’élection du gouverneur du Katanga en mars 2016. De nombreuses ONG et l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC ont encouragé l’UE à maintenir ces sanctions, même après l’investiture du nouveau président Félix Tshisekedi en janvier. L’UE doit se prononcer à ce propos dans les jours qui viennent.

John Numbi a été nommé inspecteur général de l’armée en juillet 2018, six mois avant le départ de l’ancien président Kabila.

Il avait été suspendu de ses précédentes fonctions d’inspecteur général de la police après la mort en 2010 du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebeya Bahizire, et de son chauffeur, Fidèle Bazana Ebadi. Il n’a pas été poursuivi dans ce procès pour meurtre, malgré les soupçons des parties civiles et les accusations de l’un des ses anciens subordonnés, le major Paul Mwilambwe, réfugié au Sénégal.

A Beni, dans la province du Nord-Kivu, l’armée a affirmé avoir tué quatre des six commandants « terroristes » du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF), accusées du massacre de plus de 100 civils en un mois.

Les Nations unies ont annoncé depuis lundi sur Twitter des « actions conjointes » de leurs Casques bleus dans la région de Beni avec l’armée congolaise.​

Que pensez-vous de cet article?



Avec La Libre Afrique

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.