A la uneLignes de force

Patrice Talon doit se résoudre à descendre de son piédestal

Sous bonne escorte, l’ex-président béninois est rentré hier au bercail. Craignant pour sa sécurité, Boni Yayi a souhaité se faire accompagner par une délégation conduite par l’ancien président nigérian, Abdulsalami Abubakar. A l’époque, très mal en point, l’ancien dirigeant du Bénin avait finalement eu une autorisation de sortie du territoire pour des raisons de santé. De graves ennuis de santé qui n’étaient pas étrangers à ses démêlés avec le pouvoir en place, après qu’il s’est farouchement opposé, à l’image de bien d’autres opposants, à l’organisation des élections législatives d’avril 2019. La suite, on la connaît : la gouvernance décriée de son successeur avait fait plonger le Bénin dans une vague de violence inouïe, plus particulièrement dans la ville natale de Yayi Boni ; ce qui avait conduit à de nombreux morts. Quant à celui qui avait présidé aux destinées du Bénin, d’avril 2006 à avril 2016, il avait dû passer une cinquantaine de jours, reclus dans sa résidence de Cadjehoun à Cotonou, face à un dispositif sécuritaire impressionnant et particulièrement répressif. Au point qu’il avait craint pour son intégrité physique. Mais tout cela relève à présent du passé, à la faveur de loi d’amnistie générale que l’actuel dirigeant a promulguée le 7 novembre dernier. C’est dans ce cadre qu’il a donné son accord pour le retour au pays, de son ancien ennemi juré ainsi que pour la libération d’une soixantaine de prisonniers politiques.

Le président Patrice Talon devrait plutôt s’inscrire dans une dynamique de sauvetage de la démocratie béninoise

Maintenant qu’il est de retour au pays, le natif de Tchaourou se rendra-t-il au bureau du juge, comme il avait promis de le faire ? En attendant d’en savoir un peu plus, on peut d’ores et déjà, saluer ce retour qui devrait participer à la décrispation du climat socio-politique au Bénin. Mais, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Car, on le sait, le problème du Bénin est profond et ne trouvera pas de solution seulement dans un geste de mansuétude de la part du prince régnant. Et ce problème est aussi visible que le nez au milieu de la figure : la démocratie du Bénin en son état actuel. En tout cas, le retour de l’illustre personnalité, pas plus que la loi d’amnistie promulguée, ne saurait être considéré comme une avancée démocratique pour le régime. Pour autant qu’il veuille réellement aplanir les tensions politiques et sociales nées de sa volonté de concentrer entre ses mains, tous les pouvoirs via un Parlement monocolore et taillé à la mesure de ses ambitions, le président Patrice Talon devrait plutôt s’inscrire dans une dynamique de sauvetage de la démocratie béninoise aujourd’hui à la peine. En tout état de cause, il parait pour le moins évident qu’une Assemblée nationale aux ordres et tenant lieu de caisse de résonnance de l’Exécutif, ne peut rien apporter de bon à la démocratie. C’est dire si le Crésus béninois doit se résoudre à descendre de son piédestal pour prendre la mesure du recul qu’il a fait subir à la démocratie dans son pays, et à travailler surtout à la propulser au moins à son niveau ante qui faisait la fierté du Bénin et de tout le continent.

« Le Pays »