Dioila : Le ministre de la santé fait l’état des lieux
Afrique

Dioila : Le ministre de la santé fait l’état des lieux


espace libre

Dioila : Le ministre de la santé fait l’état des lieux

Le ministre de la Santé en visite dans une structure sanitaire (Archives)

Dioila, 10 novembre (AMAP) Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, à la tête d’une forte délégation, a visité mardi dernier le Centre de santé de référence (CSREF) de la nouvelle région de Dioila pour identifier les besoins, faire l’état des lieux  et voir comment une la nouvelle circonscription administrative répondrait aux besoins de la population.

La visite a surtout concerné le Dépôt répartiteur de cercle (DRC), la pédiatrie, la maternité et le service de développement social et de l’économie solidaire. Il ressort de cette visite que le centre manque de ressources humaines et matérielles.

Au DRC, le médecin chef, Dr Moussa Bagayogo, a indiqué qu’il n’y a pas de problème à ce niveau. Par contre, au niveau de la pédiatrie, plus précisément aux soins intensifs, c’est tout le contraire. Le ministre et sa délégation ont pu constaté de nombreux enfants malades. Sur le tableau accroché tout juste devant la porte, on pouvait lire 66 enfants admis. La plupart souffrent de paludisme grave et de malnutrition sévère.

Selon le médecin chef, la chimio prévention du paludisme saisonnier ne réduit pas, de façon significative, la transmission du paludisme. Il a révélé que cela est du au fait que la chimio n’est pas bien suivie. « Après la première dose, dit-il, les mères ne respectent pas la deuxième ».

Dr Tidiane Dramé a ajouté que le mois passé son unité a enregistré 388 enfants dont 299 cas de paludisme, 37 cas de paludisme et 44 pour autres pathologies.

Il faut préciser que, dans ce centre, plus d’une centaine d’accouchements sont enregistrés dans le mois.

Parlant des difficultés de son centre, le médecin chef a dit que le district sanitaire de Dioila couvre 210 villages et 383 hameaux. Mais, il ne compte que deux soignants qualifiés pour 10 000 habitants. En plus de ce manque de personnel, il a, aussi, évoqué des difficultés de couverture sanitaire.

Selon lui, cela est due au fait que 15% de la population se trouve au delà d’un rayon de 15 kilomètres du centre de santé. Il estime que beaucoup d’efforts doivent être fait à ce niveau pour atteindre de bons résultats. Comme autres difficultés, il a cité les ressources matérielles, surtout au niveau des laboratoires et le retard dans la prestation de la Caisse malienne de solidarité sociale (CMSS) et du RAMED.

Comme progrès, il a annoncé que depuis 10 ans, le district n’a pas connu de grande épidémie. De 16 décès maternels par an, il est passé à 2 ou 3 décès par an. Sur ce point il s’est empressé de dire que son équipe et lui travaillent à ce qu’il n’ y ait plus aucun décès maternel.

Pour le chef de la délégation, Michel Hamala Sidibé, qui croit en la décentralisation des soins, il importait de faire cette visite afin de définir  les stratégies adéquates pour permettre à une nouvelle région  de répondre aux demandes de soins de ses populations.

Il a indiqué qu’on ne peut pas avoir une pyramide au sommet surchargé avec des hôpitaux qui sont incapables de prendre les malades et laisser les CSREF et CSCOM sans capacités humaines. Ce qui lui fait dire qu’il faudra repenser les approches à la base afin de renforcer ces capacités.

Parlant de la chimio prévention du paludisme saisonnier, le ministre a  souligné qu’il faut une communication très forte pour réduire les cas de paludisme. C’est pour cela qu’il recommandé qu’il y ait un partenariat avec les politiques et les leaders communautaires pour casser le cycle de la transmission.

Le ministre a souhaité que le concept de centre santé ou d’hôpital propre soit une réalité. Il est allé jusqu’à suggérer que soit lancé un mouvement dans ce sens pour l’hygiène dans chaque hôpital. Il veut, par là, de faire en sorte qu’aucun hôpital ne soit un lieu ou on peut avoir des bactéries.

Il a aussi parlé de la mise en œuvre d’un département qui se chargera uniquement de la santé des mères et des enfants, afin de réduire les décès maternels néonataux et infantiles. Et aussi de la création d’hôpitaux dans les régions qui naissent.

FN/MD (AMAP)

L’article Dioila : Le ministre de la santé fait l’état des lieux est apparu en premier sur Agence Malienne de Presse et Publicité.

espace libre


Avec AMAP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.