Journée mondiale de l’architecture : Sous le signe du logement pour tous
Afrique

Journée mondiale de l’architecture : Sous le signe du logement pour tous


espace libre

Journée mondiale de l’architecture : Sous le signe du logement pour tous

Bamako, 12 octobre (AMAP) Le 14eConseil de l’Ordre des architectes du Mali a organisé une conférence de presse au Musée national de Bamako, à l’occasion de la Journée mondiale de l’architecture, sous le thème « Architecte… logement pour tous », a constaté l’AMAP.

Cette journée commémorative, célébrée chaque année, le premier lundi du mois d’octobre, a été initiée par l’Union internationale des architectes (UIA) en 1985. 

Le président du Conseil de l’Ordre des architectes du Mali, Cheickh Saadbou Moussa Kanté, qui animé les échanges avec la presse, a fait un bref aperçu sur le logement et sa signification. Pour lui, le thème de cette année est très important car, aujourd’hui, si tous les Etats du monde ont un problème en commun, c’est bien celui de l’accès au logement. 

Selon le conférencier, entourés de ses proches collaborateurs et du président de l’Ordre des urbanistes du Mali, Diara Sissoko, on ne peut pas aborder ce sujet sous un angle isolé, parce qu’on doit tenir compte des besoins des populations.

Parlant du volet de la construction, Cheickh Saadbou Moussa Kanté a indiqué que les opérations des logements sociaux sont une réponse de l’Etat malien à ce besoin que les populations ont exprimé. Il a salué l’initiative, avant d’indiquer que l’Etat peut faire mieux. 

Le conférencier a fait savoir que le mode de construction au Mali est à revoir. Cela est une solution pour que l’Etat puisse loger le maximum de nos concitoyens. « Il faut noter que c’est une opération pluridisciplinaire. Ces opérations ne doivent pas être négligées et même ses plans doivent être validés par le ministère de la Culture, parce qu’au-delà des aspects techniques, il y en a d’autres qui sont plus dominants, notamment les aspects socioculturels », a argumenté le président du Conseil de l’Ordre des  architectes du Mali, précisant que le logement est fait pour un homme et que ce dernier ne peut pas échapper à l’emprise de sa culture. 

« Il y a beaucoup d’aspects dont on doit tenir en compte par rapport à ces différentes opérations, pour qu’elles répondent mieux aux attentes des populations », a-t-il dit, avant de souligner que d’autres dimensions doivent précéder ces opérations, notamment la viabilisation. Pour ce faire, il estime que les professionnels, principalement, les architectes et les urbanistes doivent être associés que pour ces opérations soient une réussite.  

BBC/MD (AMAP)

espace libre


Avec AMAP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.