BLA en messager fidèle d’ABO !
Gabon

BLA en messager fidèle d’ABO !



BLA en messager fidèle d’ABO !

Voir le dircab d’Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga, dit BLA, pour les intimes, déchaîner une certaine ferveur auprès des Gabonais de l’hinterland visités, il n’y a que le chef de l’Etat, pour susciter un tel engouement. On ne dit pas que BLA s’est arrogé les pouvoirs d’ABO, pour éviter toute malencontreuse interprétation et extrapolation, comme savent les entretenir, ceux qui s’abreuvent du colportage vain sur les réseaux sociaux et dans les caniveaux. Nonobstant la médisance ambiante et la ponte des tracts indigestes véhiculés sur les réseaux sociaux par quelques compatriotes troublés par leur ego, la caravane de BLA et le message d’ABO passent tranquillement. Au grand dam, de ceux qui invoquent même le diable, pour que la virée du dircab d’Ali Bongo soit un véritable fiasco.

Après s’être rendu compte que, malgré une flopée des chargés de missions et autres émissaires, les rapports circonstanciés des desideratas rencontrés par les populations étaient rares, voire inexistants ou quand ils n’étaient pas simplement biaisés, Ali Bongo Ondimba a donc opté pour une nouvelle approche : celle du pragmatisme et du dynamisme, en comptant désormais sur son proche collaborateur, Brice Laccruche Alihanga. Un interlocuteur devenu privilégié, pour éviter la dispersion du discours avec des émissaires incapables de faire le travail pour lequel ils ont été appelés aux côtés du président de la République.

Raison pour laquelle, au plus fort de sa convalescence, le chef de l’Etat, a bien instruit son dircab de nouvelles missions, en dehors de celles habituelles, qui sont d’être désormais ses yeux et sa voix, auprès des Gabonais d’en bas, comme on dit trivialement. Pour Ali Bongo Ondimba, il fallait alors changer de paradigmes en ayant recours qu’à un homme qui sait écouter et est un fidèle interprète de son discours. Résultat, sur le terrain, n’en déplaise à la cohorte de la troupe des partisans du moindre effort et du troupeau de ses contempteurs tapis dans les cercles du pouvoir comme dans une certaine opposition flapie, BLA fait passer le message du Big Boss. Il suffit de voir la mobilisation particulière.

Sans pour autant empiéter sur le champ de compétence du gouvernement, BLA suit tranquillement le canevas qui lui a été donné. C’est tout à fait normal, qu’à chaque étape de sa caravane, que la délégation de BLA soit reçue de plus belle des manières, dans une effervescence en rapport avec la dimension de celui qui est à la tête. Jusque-là, du Haut-Ogooué (sud-est) au Woleu-Ntem (nord), en passant par les provinces de la Nyanga (sud-ouest), de la Ngounié (sud) et du Moyen-Ogooué (centre), le message d’ABO porté par BLA est le même, sans pour autant qu’il n’ajoute quelque chose. A son tour, BLA, en porteur de parole d’ABO doit faire remonter en haut lieu tout ce qu’il a vu et entendu auprès des Gabonais visités. C’est cela le seul son de cloche dont attend ABO. Un émissaire qui rapporte fidèlement ce qu’il voit et entend. C’est cela le pragmatisme, de là à là, comme on dit au quartier.



Avec Investir Gabon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.