Le PM en France : Contacts prometteurs avec chefs d’entreprises et opérateurs économiques
Afrique

Le PM en France : Contacts prometteurs avec chefs d’entreprises et opérateurs économiques

espace libre

Le PM en France : Contacts prometteurs avec chefs d’entreprises et opérateurs économiques

Paris, 11 septembre (AMAP)  Le Premier ministre malien, Dr Boubou Cissé, a poursuivi sa visite officielle, mercredi, en rencontrant les chefs d’entreprises et les opérateurs économiques français afin de faire la promotion de la destination Mali aux opérateurs économiques, a constaté l’AMAP.

L’événement, qui s’est déroulé en présence des membres de la délégation du Premier ministre, a réuni de gros acteurs du secteur économique du Mali et de la France. 

Ouvrant la série des interventions, le président du Conseil d’entreprises France-Afrique de l’Ouest et non moins patron d’Orange Afrique et Moyen-Orient, Bruno Mettling, a salué la qualité des relations, au plan économique, entre le Mali et la France.

La visite de Boubou Cissé s’inscrit dans le prolongement de celle de son homologue français au Mali, en février dernier, a rappelé le président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), Mamadou Sinsy Coulibaly, à l’entame de son intervention. 

« A l’occasion de cette visite, s’est-il souvenu, plusieurs chantiers de coopération ont été lancés à travers la signature d’accords et de conventions pour un montant de plus de 85 millions d’euros (56,6 milliards de Fcfa) ». « Nous osons espérer que cette visite des plus hautes autorités politiques et économiques de notre pays permettra de mettre en route cette nouvelle page du partenariat économique franco-malien, mais également de réfléchir à d’autres opportunités, eu égard au contexte socioéconomique qui est le nôtre », a souhaité le patron des patrons maliens. 

Outre les problèmes sécuritaires, selon Mamadou Sinsy Coulibaly, le Mali reste confronté à des défis comme la modernisation de l’administration publique, la facilitation de la création d’emplois pour les jeunes et la corruption. « Le secteur privé, avec à sa tête le CNPM, reste à l’avant-garde du combat contre la corruption », a-t-il assuré.          

Intervenant à son tour, le Premier ministre a chaleureusement remercié les chefs d’entreprises français pour ce que lui-même a appelé la « mobilisation des grands jours », ajoutant que cela n’était pas surprenant pour lui, compte tenu de la qualité des relations existant entre les deux pays. 

Pour étayer ses propos, Dr Boubou Cissé a indiqué que la France demeurele premier pays partenaire bilatéral du Mali. « Sur les 25 dernières années, a-t-il développé, l’aide publique au développement de la France au Mali s’est élevée à environ 986,1 milliards de Fcfa. Cette aide a couvert des domaines aussi variés que l’éducation, la formation professionnelle, la gouvernance démocratique et a touché des secteurs productifs comme l’énergie ».  

« La coopération entre nos deux Etats reste excellente. Sur cette base, ma volonté et celle du gouvernement est d’œuvrer pour une meilleure traduction de ces liens fraternels dans les interventions et investissements du secteur privé français, en partenariat avec le secteur privé malien dans notre pays », a-t-il insisté, citant quelques exemples de réussite de partenariat gagnant-gagnant entre certaines entreprises françaises et l’Etat malien : Orange Mali, SOGEA-SATOM.

L’occasion a été saisie par le Premier ministre pour revenir sur les efforts de l’Etat et de ses partenaires afin d’endiguer le phénomène de l’insécurité pour que les entreprises puissent continuer à créer de la richesse au Mali. Particulièrement, il a évoqué l’adoption de la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) et son équivalent de la sécurité (LOPS) qui font qu’aujourd’hui les forces de défense et de sécurité maliennes sont mieux formées, mieux équipées et qu’elles arrivent à quadriller le territoire national. 

Dr Boubou Cissé a rappelé que les forces de défense participent, également, à sécuriser les investissements en cours, notamment les travaux d’infrastructures et l’implantation d’unités industrielles. Il a rassuré ses interlocuteurs que les mesures nécessaires sont prises, y compris par les populations elles-mêmes, pour que les entreprises puissent s’implanter afin de produire. 

Le Premier ministre a exprimé sa conviction que rien de durable ne peut être entrepris sans un climat favorable aux investissements. « Mon pays, son gouvernement ainsi que son secteur privé sont disposés à favoriser les investissements français dans le cadre d’un partenariat public-privé et privé-privé pour le bien de nos deux pays et de nos deux nations », a déclaré Boubou Cissé qui a, ensuite, engagé le secteur privé malien à œuvrer pour le renforcement des liens de coopération avec le secteur privé français. 

Enfin, acteurs économiques français et maliens ont pu suivre l’intéressant exposé intitulé : « Pourquoi faire le pari du Mali» présenté par Moussa Touré, le directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements au Mali (API-Mali).

Après, le Premier ministre et sa délégation se sont rendus au siège de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), où ils ont été accueillis par le secrétaire général, José Angel Gurria pour un entretien qui a duré quelques minutes. 

Le Premier ministre s’est aussi entretenu avec les responsables de l’Agence française de développement (AFD) qui mène beaucoup d’activités au Mali depuis des années. MS/MD (AMAP)  

espace libre

Avec AMAP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.