Gabon/Médias/HAC : duplicité, journalistes, balayez devant vos portes
M. Raphaël Ntoutoume Nkoghe, patron de la Haute autorité de la communication (HAC)
ActualitéGabon

Gabon/Médias/HAC : duplicité, journalistes, balayez devant vos portes

Edito. Après la suspension de quelques journaux dont certains aux statuts litigieux, de publications et autres affirmations en mal de sensation, des voix s’élèvent dans la profession pour exiger la tête de M. Raphaël Ntoutoume Nkoghe, patron de la Haute autorité de la communication (HAC). Il est devenu l’homme à déboulonner au Gabon de tout urgence. Pour rappel, créée en 2018, la HAC est l’autorité de régulation des médias au Gabon .

Gabon/Médias/HAC : duplicité, journalistes, balayez devant vos portes
Gabon-M. Raphaël Ntoutoume Nkoghe, président de la Haute Autorité de la Communication

Dénoncées certaines décisions de la Haute Autorité de la Communication, on comprend et on partage le désarroi des concernés. Je ne défends pas M. Raphaël Ntoutoume Nkoghé, fustiger ce dernier est devenu un sport même de la part des hors-la-loi.

Mais si l’on parlait de l’essentiel.

Gabon/Médias/HAC : duplicité, journalistes, balayez devant vos portes
Gabon-La HAC

Divers grands journaux en lignes, des grands journalistes dignes du “prix Pulitzer”, non seulement sont dans l’informel, l’autre nom donné au « marché noir », c’est-à-dire non déclaré, mais ils sont en 1ère ligne pour des raisons loin du métier de journaliste pour abattre un homme qui naguère, était celui qui ouvrait à quelques-uns d’entre-eux à les portes de la présidence de la République, si ce n’est plus. Un rappel à l’ordre de la part de l’autorité de tutelle, aussitôt on sort la phrase magique : “Gabon, liberté, presse en danger”. On se moque de qui ?

Cette liberté de la presse que vous prétendez défendre bec et ongles”,  n’est-elle  pas en danger quand vous acceptez l’argent des politiques ou quand vous privilégiez telle ou telle conférence de presse, parce que le chargé de communication du ministère paie bien le taxi, etc…?

Cette liberté de la presse que vous prétendez défendre bec et ongles”,  n’est-elle  pas en danger quand vous mettez les bâtons dans les roues à d’autres de vos confrères, grâce aux relations privilégiées avec les hautes personnalités en fonction ?

Cette liberté de la presse que vous prétendez défendre bec et ongles”,  n’est-elle  pas en danger quand vous regardez un confrère mis en quarantaine pour des raisons politiques et vous ne dites rien?

La mise en danger de la presse au Gabon vient des journalistes eux-mêmes et de leurs comportements.

Gabon/Médias/HAC : duplicité, journalistes, balayez devant vos portes
Gabon-Les éditeurs de presse en colère.

Copains et coquins

À cause de relations incestueuses de certains patrons de presse, sans être dans la légalité, ces derniers touchaient pourtant des subventions publiques. Ils ne cotisaient pas à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Que vont devenir des journalistes qui animent ces journaux quand l’heure de la retraite sonnera ?

Certes, Raphaël Ntoutoume Nkoghé et les différents participants de la HAC doivent revoir leurs interventions, car le secteur de la communication vit dans un marasme sans nom. A quelques exceptions près, tout le monde tire le diable par la queue. Mais ce n’est pas une raison. Certains journalistes et médias devraient baisser d’un ton. Depuis quand la réaction et un communiqué de RSF sont devenus des injonctions auxquelles l’état gabonais doit se soumettre?

Respectez votre pays et respectez vos institutions. Aux États-Unis, la presse subit les assauts du gouvernement Trump, où sont les communiqués de Reporters sans frontières (RSF)?

Le Gabon est l’affaire de tous, essayez d’être dans la raison, la construction plutôt que détruire parce que vos intérêts ne sont plus pris en compte.

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
28 Août 2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.